Le mélange variétal évalué

Blé tendre / En blé tendre, la culture de mélanges variétaux est une piste de recherche pour adapter les systèmes à la réduction des protections phytosanitaires et aux aléas climatiques. Les avantages escomptés, parmi lesquels la robustesse vis-à-vis du contournement des résistances variétales, la moindre nuisibilité des maladies ou la stabilité des rendements, sont difficiles à mesurer.

Des agriculteurs en recherche de systèmes de culture innovants, ou bien de simplification du travail, s’intéressent de près à la technique des mélanges, d’autant plus que les variétés prises isolément ne cumulent pas toutes les caractéristiques d’intérêt souhaitables. La question de l’intérêt des mélanges (ou associations) de variétés de blé tendre au sein d’une même parcelle fait débat. La question du contournement des résistances variétales aux maladies fongiques est un des enjeux. La nuisibilité des maladies serait aussi plus supportable dans un contexte de forte diminution de la protection phytosanitaire. Enfin, comme les écarts de performances entre les variétés peuvent varier selon les scénarios climatiques, le principe de plus grande résilience des mélanges pourrait aussi s’exprimer sous l’effet de stress abiotiques et biotiques plus aléatoires.
Pour le moment, leurs avantages attendus ne sont pas tous confirmés par les résultats d’expérimentation. Les connaissances actuelles seraient de toute façon insuffisantes pour concevoir des mélanges adaptés à un service
attendu sur le rendement, la qualité, la durabilité des résistances…

L’enjeu d’un IFT
La culture de variétés plus résistantes aux maladies est un levier significatif pour réaliser des économies de protection phytosanitaire. Entre des variétés très résistantes à plusieurs maladies et des variétés très sensibles, l’enjeu est de l’ordre d’un IFT. Des travaux réalisés dans le cadre d’une thèse INRA-ARVALIS ont montré un potentiel de 7 % d’économie de produits phytosanitaires pour lutter contre la septoriose par la culture de mélanges en comparaison de la moyenne des 4 variétés du mélange. Ce gain reste néanmoins inférieur à celui obtenu avec la variété la plus résistante. Quoi qu’il en soit, certains postulats sont irréfutables. Les plantes en mélange améliorent le contrôle des maladies par effets mécaniques (augmentation de la distance entre plantes de variétés sensibles, barrières créées par les plantes résistantes, microclimat modifié par des variations d’architecture des plantes). L’association de variétés agit également par effets physiologiques (couvert hétérogène et réponses par prémunition) et par effets génétiques (différences de pression de sélection vis-à-vis des souches, etc.). Les essais conduits par ARVALIS au cours des années 2010 à 2012 montrent qu’en l’absence complète de protection fongicide, un mélange de 4 variétés (choisies pour leur diversité de résistances) offre un gain de rendement significatif de 2,3 q/ha par rapport à la moyenne des variétés qui le constituent. Cet écart n’est plus significatif dès lors que les modalités sont protégées avec un programme fongicide à 40 % des doses homologuées.

Situations à forte pression de maladies L’écart entre les modalités bien protégées et les non-traitées reflète la nuisibilité des maladies. Celle-ci est plus faible pour les mélanges dans les situations les plus touchées par les maladies (9,6 q/ha contre 11 q/ha pour la moyenne des variétés). La synthèse des essais réalisés par Arvalis – Institut du végétal entre 1997 et 2012 permet de comparer les variétés en association par trois ou quatre, choisies sur des critères de précocité comparables et de diversité de profil de résistance aux principales maladies foliaires, avec les moyennes de chaque variété cultivée en “pur“. Les effets positifs sont très exceptionnellement significatifs et uniquement dans les situations à forte pression de maladies. Toutes ces références convergent avec la méta-analyse réalisée par l’INRA sur les données du réseau « blé rustique » qui conclut à un effet positif moyen de 0,5 à 1,5 q/ha des mélanges par rapport aux moyennes des variétés dans les conduites à bas niveaux d’intrants et très allégées en protection. Dans tous les cas les gains sont faibles en comparaison des variétés les plus résistantes aux maladies. Au vu de ces résultats expérimentaux, en systèmes de culture raisonnée, choisir des variétés globalement résistantes aux maladies reste plus pertinent que de chercher à faire un mélange de variétés présentant des sensibilités même complémentaires.

Le choix de variétés résistantes reste le plus pertinent
Les mélanges sont aussi attendus pour leur flexibilité vis-à-vis des stress
abiotiques du fait de complémentarités d’absorption de l’eau et des éléments fertilisants, d’effets d’évitements et de compensation. Toutefois, les écarts de rendement observés entre mélanges et moyennes des variétés entrant dans les mélanges ne sont pas significatifs dans les modalités bien protégées contre les maladies et dans des essais à faibles rendements. La synthèse sur les 54 essais du centre de la France (en 2010 et 2011) met en évidence que les quatre variétés cultivées séparément présentent des rendements moyens aussi stables que ceux des mélanges. C’est d’ailleurs ce qui fait préférer une diversité de variétés à l’échelle de l’exploitation.

Le rendement du mélange est équivalent
L’étude de l’INRA sur 72 associations de variétés de blé tendre, réalisées à partir de 16 lignées représentatives et à bonne diversité génétique, conclut que le rendement d’un mélange est équivalent et bien prédit par celui des lignées qui entrent dans les associations.
Des tests de panification réalisés par le laboratoire d’Arvalis sur des mélanges étudiés au champ dans les années 2010 à 2012 montrent des notes totales de panification égales à celles des mélanges reconstitués avec des proportions de farine des variétés cultivées en pure équivalentes à celles des semences semées. Toutefois, des écarts ont été observés lorsque les pourcentages des variétés diffèrent entre les farines issues des grains récoltés et les proportions définies aux semis. Cette modification des proportions entre le semis et la récolte peut résulter d’effets de domination ou de compétition entre variétés dans les mélanges au cours du cycle de culture. Les effets des mélanges ne sont pas toujours reproductibles entre lieux et années lorsque les propriétés de panification sont différenciées entre variétés.

Josiane Lorgeou et Philippe du Cheyron (Arvalis – Institut du végétal)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.