Le coronavirus chamboule le lait

La crise du Covid 19 a entrainé un changement de consommation du lait. La restauration hors famille a disparu pendant le confinement et l’export s’est réduit. Au niveau national les ventes en magasin ont augmenté en moyenne de 22% entre les semaines 12 et 19. En fonction de leur mix produit et des contrats qu’elles ont, les laiteries ont donc été plus ou moins impactées. La valorisation beurre-poudre qui s’affichait à 338.67 €/ 1000 litres en janvier 2020 est tombé à son plus bas en semaine 18 à 237 €. Elle repart à la hausse : 254 € en semaine 21. Le prix du spot a connu son plus bas aux alentours de 150 €/1 000 l. Il se situe aujourd’hui à environ 250 € soit 100 € de mieux. Au niveau national, la collecte a baissé de 0,2% en avril. Les effets conjugués du climat, de l’aide à la réduction de la production du CNIEL et des appels des laiteries à réduire les livraisons ont limité le pic de production. Dans ce contexte particultier Sodiaal et Savencia ont appliqué une prime de saisonnalité négative de 20 € en avril et mai (et aussi 10 € en juin pour Savencia). Pâturage Comtois dont une grosse partie de la production est exportée a mis en place un prix B en avril et en mai. Le volume A était de 95% des livraisons du mois l’année précédente. Le B a été payé au prix spot (170 € en avril et 225 € en mai). En juin, le prix Allemand s’établit à 326,51 €. La crise du Covid 19 ne doit pas nous faire oublier que l’objectif reste la prise en compte du prix de revient du lait défini par le CNIEL dans la fixation du prix.

SD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.