L’élevage herbager n’a pas dit son dernier mot !

Bovin viande / Tandis que les éleveurs s’inquiètent légitimement des attaques récurrentes dont ils font l’objet, les outils de recherche et d’expérimentation – dont la Ferme de Jalogny – font éclater la vérité sur les pratiques. Et contrairement aux thèses orientées de ces opposants d’un jour, on s’aperçoit que les vertus de l’élevage et de la production de viande à l’herbe demeurent indiscutables.

En décembre, la profession s’inquiétait de l’agribashing entretenu par les médias nationaux. Lors d’une soirée débat organisée par L’Exploitant Agricole de Saône-et-Loire en présence de la journaliste Géraldine Woessner et d’un échange avec Pascal Berthelot invité de l’assemblée générale de Téol, ont notamment été pointées du doigt les contre-vérités assénées sur les émissions de carbone de l’élevage, la prétendue concurrence vis-à-vis des ressources alimentaires ou encore la consommation d’eau… Des affirmations erronées, périmées qui, à l’instar du fameux rapport mondial de la FAO pourtant vieux de neuf ans, continuent de faire des dégâts par leurs raccourcis alarmistes, manipulées à dessein par les ONG les plus malintentionnées ou reprises sans vérification par l’industrie médiatique.

Déficit de communication
Pourtant, la profession aurait tort de se laisser accabler par ces affirmations orientées et dépassées. Car dans les faits, la recherche et les expérimentations ont considérablement affiné les données. Nombre de conclusions très défavorables à l’élevage ont été contredites. Et ce, grâce à des études qui ont démontrés que les chiffres médiatisés étaient faux.
Au final, c’est même l’inverse qui apparait. L’élevage tel qu’il se pratique en Saône-et-Loire a plein d’arguments vertueux à faire valoir auprès de la société. Des données rassurantes pour les éleveurs eux-mêmes. Ces derniers continuent cependant de souffrir d’un déficit de communication et de vulgarisation, reconnait volontiers Julien Renon, responsable de la Ferme
expérimentale de Jalogny. Car à la simplicité réductrice des attaques
anti-élevage, la réalité des faits scientifiques oppose une complexité pas évidente à transcrire en messages audibles. Pourtant, les dernières connaissances en date issues des expérimentations et recherches menées dans les bassins d’élevage sont porteuses de nombreux messages d’espoirs pour l’avenir, estime le technicien.

Carbone : une émission nette faible
Un travail de recherche et de vérité est mené activement par la ferme expérimentale de Jalogny dans le cadre de ses essais systèmes menés depuis 2011 avec l’Institut de l’Elevage. Ce projet comporte un volet environnemental et en 2015, une première synthèse a été effectuée sur la question des émissions de carbone, les fameux gaz à effet de serre, méthane et dioxyde de carbone. Or, le travail de Jalogny a notamment permis de mettre en lumière le rôle de compensation, au regard des émissions, du carbone stocké dans les prairies et les haies du bocage. En effet, un système d’élevage bocager comme celui de la ferme de Jalogny parviendrait à compenser ses émissions de carbone à hauteur d’au moins 60% grâce au
carbone qu’il stocke dans ses herbages et ses haies arborées, fait valoir le
responsable. Et ce chiffre n’a été calculé qu’avec une hypothèse de 760 kg de carbone stocké par hectare de prairie alors que les vieilles prairies permanentes de Jalogny seraient à près d’une tonne de carbone piégé, avance Julien Renon. Une découverte extrêmement encourageante qui fournit un argument de poids face aux détracteurs avec cette vérité percutante que « l’élevage est l’une des rares activités humaines à pouvoir se targuer de compenser ses émissions », fait valoir le responsable de la ferme expérimentale. Nul ne peut en dire autant en ville notamment…

Marc Labille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.