La qualité génétique trouve preneur

enchères2

Vente aux enchères de Vellefaux / Nouveau succès pour la traditionnelle vente aux enchères de Vellefaux, avec un record pour la génisse Manette, adjugée à 5 200 €.

Malgré la sécheresse estivale et les difficultés à constituer des stocks fourragers, les acheteurs n’ont pas boudé la vente aux enchères de Vellefaux, le 23 août dernier. Les gradins du centre d’allottement étaient combles, pour assister à la vente de 34 femelles réunies pour l’occasion. « D’un point de vue commercial, cette campagne 2017-2018 est une année record, resitue Denis Verdot, responsable de la commission reproducteur de Geniatest : la coopérative a commercialisé 9 500 animaux dont 8 000 à l’exportation avec Coopex montbéliarde. » La moitié des animaux proposés à Vellefaux provenaient de l’EARL des Preslots à Rupt/Saône 70, entreprise en cessation d’activité et connue pour son niveau génétique. Les autres avaient été recrutées dans les départements du Doubs et de Haute-Saône sur la base de leurs qualités génétiques et morphologiques. Tous ces animaux avaient été enfin préparés par le Syndicat des Éleveurs Montbéliard de Haute Saône et les Jeunes Éleveurs Montbéliard de Haute Saône. C’est une formule bien rodée désormais qui a été mise en œuvre par Geniatest avec aux commandes François Thomas, responsable génétique montbéliard de la coopérative, pour les détails du pedigree des femelles présentée sur le ring, leurs qualités attendues, et leurs index génomiques le cas échéant. Puis Marc Petiet, responsable commercial, lançait le décompte des enchères, de 20 € en 20 €, jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’une palette en l’air…

Un double record
Premier record pour cette édition, celui du nombre d’acquéreurs potentiels, avec 44 palettes distribuées. Cet engouement s’est concrétisé lors de la vente, puisque les 34 femelles présentées ont toutes trouvé preneur. « Le prix moyen d’adjudication s’établit à 2 058 €, en augmentation de 8 % par rapport à la vente d’août 2017 (2 125 € en moyenne pour les vaches et 1 951 € pour les génisses) », précise Dominique Fiatte, le directeur de la coopérative. Les femelles dont la gestation était ciblée pour typage par Umotest en cas de naissance d’un mâle, ont été vendues 2 622 €. Second record, celui du niveau d’enchères atteint, avec 5 200 € pour Manette, une génisse du lot de l’Earl des Preslots. Cette fille d’Impec sur Fusionnel sur Plumitif, en contrat Umotest, est issue de la célèbre souche Energie-Manette, respectivement championne jeune en 1994 et championne 2004 à Eurogénétique. Des origines qui ont séduit de nombreux acheteurs potentiels, dont le Gaec Charton, à Grande-Rivière dans le Jura, qui a remporté la mise. « Nous étions venus spécialement pour cette génisse, explique Jean-Jacques Charton, l’un des associés : à la fois pour ses index génomiques (143 points d’ISU), et la souche, tout nous plaisait. C’est la meilleure ! C’est un investissement pour l’avenir, en vue de la multiplier dans notre élevage… mais c’est sûr qu’il faut être aussi un peu fou pour monter à ce niveau-là, il y a un côté passionnel ! »

AC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *