Dans la continuité !

Session

Session Chambre / Vendredi s’est tenue une session Chambre. Un bilan des activités de 2017 de la Chambre consulaire a été fait, ainsi qu’un point sur l’actualité agricole, très chargée en ce moment.

Après la mobilisation syndicale de la FDSEA et des JA sur le Mercosur, après l’AG de la FDSEA et de la FDPL et à la veille de la Foire de Grammont et de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, se tenait une session chambre pour faire le bilan détaillé de l’activité de 2017.

441 mises en relation cédants/candidats
Sur l’installation, la transmission et la formation, la Chambre continue de soutenir le renouvellement des générations, un enjeu essentiel pour l’agriculture. Un total de 94 rencontres avec des futurs cédants ont été faits et 41 cédants accompagnés individuellement. Par ailleurs, 441 mises en relation cédants/candidats ont été établies. Sur le nombre d’installations, 29 dossiers d’aides à l’installation ont été déposés. On compte 73 jeunes agriculteurs inscrits au RDI. La vulgarisation de la PAC auprès des agriculteurs est un sujet majeur tout au long de l’année, tant la réglementation et les modalités de paiement des aides ne cessent d’évoluer. La chambre a accompagné 568 exploitations agricoles pour la déclaration annuelle de surfaces entre le 1er avril et le 15 mai.

Diagnostics de performance énergétique
Sur les dossiers des énergies renouvelables, l’établissement consulaire aide les agriculteurs à connaître leurs consommations d’énergie pour mieux les maîtriser. Des diagnostics de performance énergétique sont proposés. Sept dossiers d’aide à l’investissement ont été déposés, pour un montant de 150 000 € de subventions (un récupérateur de calories sur tank à lait, 3 équipements économes en énergie sur robots et 3 projets d’isolation de laiterie). Mais le gros du dossier est la production des énergies renouvelables. En 2017, 15 porteurs de projets ont été accompagnés dans leur réflexion méthanisation et 13 sur des projets photovoltaïques. A la fin 2017, on recense sur le département 12 unités en fonctionnement, 4 en cours de construction et 20 dossiers en réflexion. Sur l’aménagement du territoire, la chambre a une part importante à jouer. Les collectivités ont des compétences qui changent et les règles de l’urbanisme changent constamment. La chambre appuie les collectivités sur leur propre réflexion sur la consommation d’espace et la valeur des terres agricoles en vue de mieux prioriser le développement urbain. Sur les grandes cultures, la chambre travaille à l’optimisation des marges. En grandes cultures, la performance économique passe nécessairement par une maîtrise des intrants. Vingt-huit exploitations agricoles sont suivies par ce programme.

Optimisation des marges
Côté commercialisation, le « consommer local » prend une part non négligeable dans l’activité en 2017. Sur des projets de diversification, on compte 25 contacts de porteurs de projets, et 6 montages de dossiers d’aide à la diversification. Un accompagnement est également fait des projets collectifs comme les points de vente, marché de producteurs, circuits de proximité ou restauration collective. Les démarches qualité des produits sont suivies par la chambre. Elle coordonne et développe de diverses démarches qualité. L’Emmental Grand Cru regroupe ainsi 154 producteurs en Haute-Saône et le lait à gruyère 65 avec une augmentation de 5,6 % du tonnage en 2017. La chambre aide aussi les agriculteurs biologiques, la filière AOC Kirsch de Fougerolles ou encore la constitution du dossier en IGP de la cancoillotte. Sur la communication, la chambre travaille sur le réseau Bienvenue à la Ferme, organise le Dimanche à la Ferme et le concours « Embellissons notre campagne », concours des fermes fleuries. Reste l’environnement, dossier dans lequel la chambre d’agriculture s’implique notamment sur la cartographie des cours d’eau, sur la faune sauvage avec le programme Agrifaune et sur écophyto avec la rédaction de 34 bulletins à destination des agriculteurs (BSV – AgroSaône). Vingt-et-une fermes du département sont impliquées, et tentent de trouver des techniques culturales visant à réduire durablement l’utilisation des produits phytosanitaires.

AL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *