Gabriel Attal : « Nous sommes conscients de vos difficultés »

Gel / La veille de l’annonce par le Premier ministre Jean Castex du plan d’aide d’un milliard d’euros pour les agriculteurs sinistrés par l’épisode de gel, Gabriel Attal était en déplacement dans le Jura. Après une rencontre avec les représentants des salariés de l’usine MBF de Saint-Claude et une visite du centre de vaccination de Lons-le-Saunier, le porte-parole du gouvernement s’est rendu aux vergers de Sellières et à Passenans pour constater les dégâts subis par les arboriculteurs et les viticulteurs.

Quand Gabriel Attal est arrivé aux vergers de Sellières, des bottes de foin fumaient encore, preuve des efforts réalisés par Laure et Nicolas Mathon pour tenter protéger leur récolte. Accompagné des députés du Jura Danielle Brulebois et Jean-Marie Sermier ainsi que de plusieurs élus locaux, le ministre a pu constater de visu les dégâts. Sur les pommiers, une majorité des fleurs sont séchées par le froid. « Même des fleurs encore fermées ont gelé » explique Nicolas Mathon ouvrant un bourgeon pour en montrer l’intérieur noircissant. Seules quelques-unes semblent avoir résisté qui permettront une petite récolte. Le constat est le même sur les cerisiers et les fraisiers, ces derniers produisant plusieurs récoltes. Par contre, pruniers et poiriers ne donneront aucun fruit cette année.
Pour lutter contre le gel mais aussi contre la sécheresse, Nicolas et Laure Mathon ont expliqué avoir un projet de retenue collinaire. Cette réserve d’eau de 10 000 m³ au pied des vergers permettrait de les irriguer l’été mais aussi de les asperger en cas de gel, la glace protégeant les fleurs des températures négatives. Cette solution coûterait 150 000 euros. « Ce projet est bien connu, nous allons le porter auprès du ministère de l’Agriculture pour trouver une solution, » a appuyé le préfet David Philot. Les réserves d’eau ne sont pas éligibles à subvention dans le cadre de la lutte contre la sécheresse mais certains investissements contre le gel peuvent l’être.
Selon Clément Pernot, le conseil départemental dont il est président devrait pouvoir agir sur un tel projet. Il a plaidé pour que l’État, à travers la loi 4D en préparation, redonne aux départements les moyens d’intervenir directement.

« Nous voulons sauver le vignoble »
Gabriel Attal s’est ensuite rendu dans les vignes du domaine Grand à Passenans. Là aussi partout des feuilles fanées, des bourgeons séchés… Les viticulteurs jurassiens ont fait part au ministre de leurs difficultés et de leurs besoins. Pour Valérie Closset, présidente de la société de viticulture du Jura, « la situation est urgente, nous nous sentons impuissants et acculés. Nous ne cherchons plus à sauver des parcelles, nous voulons sauver le vignoble. »
« Je suis venue vous témoigner du soutien et de la prise de conscience du gouvernement » a répondu le porte-parole du gouvernement. « Nous sommes conscients du combat que vous avez mené, des coûts financiers, mais aussi du choc psychologique. Le Premier ministre et le ministre de l’Agriculture se sont aussi rendus sur le terrain, nous avons une vue complète sur l’ampleur des dégâts, c’est une catastrophe nationale… »
Au lendemain de cette visite, Jean Castex annonçait la mise en place d’un fonds de soutien d’un milliard d’euros pour les agriculteurs : report et une exonération de charges sociales, dégrèvements de taxe foncière sur le non bâti (TFNB), mobilisation des dispositifs existants en matière d’activité partielle et ouverture aux viticulteurs du dispositif des calamités agricoles porté à 40 % des pertes (lire article page 7).

SC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.