Interval, entre bonne surprise et déceptions

DCIM129MEDIADJI_0017.JPG

COOPÉRATIVE / L’assemblée générale n’a pu se dérouler comme d‘habitude mais Interval a pu compter sur ses adhérents qui ont voté massivement par correspondance. Faits marquants de cette campagne 2019-2020 : une collecte moyenne et une deuxième partie d’exercice perturbée par la Covid 19.

La bonne surprise de cette collecte 2019 vient des blés et des orges qui, malgré un printemps très sec et des coups de chauds en fin de cycle, donnent des rendements très corrects et une belle qualité. 
Le rendement moyen de la coopérative Interval en blé atteint les 77 quintaux par hectare. La collecte progresse de 20 % par rapport à 2018 pour s’élever à 216 000 tonnes. 
La qualité sanitaire des blés est bonne, le PS se situe à 79,7 kg et la protéine moyenne est à 12,31 %. Avec cette qualité, 71 % des blés sont partis à destination de la meunerie française et internationale. Le restant se répartit entre l’amidonnerie (21%), les fabricants d’aliments du bétail (7%) et la malterie (1%). 
La collecte des orges d’hiver de la coopérative (variété Etincel) progresse de 28,8 % par rapport à 2018 pour s’établir à 76 200 tonnes. La qualité est bonne. Les poids spécifiques se situent en moyenne à 64,76 kg, soit deux points de plus qu’en 2018, et le taux moyen de protéine est de 10,67 %.
Malgré cette qualité, seulement un tiers des orges est parti en brasserie.
Le marché 2019 a subi de plein fouet l’épidémie de Covid qui a grandement fait chuter la consommation mondiale de bière. Cette épidémie donne le coup de grâce au marché des orges de brasserie qui baisse de plus 60 €/t en un an !

Colza en baisse
Les déceptions de la collecte 2019 viennent du colza, avec un recul impressionnant des surfaces à cause des grosses difficultés de semis du mois d’août 2018, et du maïs, pénalisée par une baisse des surfaces et une météo sèche et chaude durant l’été 2019.
Malgré des rendements moyens corrects, la collecte de colza d’Interval diminue donc de 14,3 % par rapport à 2018 pour s’établir à 42 200 tonnes. Le taux d’huile, qui perd un point par rapport aux années antérieures, est à 43,92 %. 
Le volume de tournesol s’élève à 2 700 tonnes.

Des records à l’exportation
Grâce à une parité monétaire favorable et à une demande internationale forte, la France va battre tous ses records à l’exportation pendant cette campagne 2019. Il en va de même pour notre coopérative où 54% des blés et 71% des orges d’hiver collectées ont été exportés.
La part de l’exportation est encore plus importante pour les autres productions collectées par la coopérative : 75 % des colzas sont destinés au marché allemand et 80% des 13 400 tonnes de sojas collectés au marché belge.
La totalité des orges de printemps collectés par Interval (9 300 tonnes) ont été valorisés en filière brassicole, sur le territoire national.
Côté oléagineux, malgré la faiblesse des récoltes, les marchés ont suivi une tendance neutre à légèrement baissière en tout début de campagne. Après un rebond pendant l’hiver, le marché a connu une forte diminution dans le sillage du pétrole après la dégradation économique due au coronavirus.
Dans ce contexte, grâce à la hausse de ses volumes, le chiffre d’affaires Produits du sol de la coopérative Interval progresse de 12,6 % par rapport à l’exercice précèdent.
Du côté des approvisionnements, le chiffre d‘affaires engrais reste stable, celui des semences augmente légèrement (+3,4%) et celui des produits phytosanitaires baisse de 7,25% en raison notamment des conditions climatiques très sèches qui ont perturbé les applications. 

Du côté de la vigne
Des vendanges 2019 bien tristes. Les rendements sont très faibles après le gel printanier. Heureusement, les vins issus de ces vendanges sont de bonne qualité et laissent présager un beau millésime.
La fin de campagne a été marquée par une pression importante en oïdium.
Le vignoble jurassien affiche une récolte de 66 000 hl soit une moyenne de 35 hl/ha.
Globalement, le chiffre d’affaires de l’activité Vigne à Interval baisse de 7 % et s’élève à 4,1 millions d’euros.
Les adhérents vignerons ont été fortement touchés au niveau des ventes post confinement avec une baisse de près de 80 %.

Nutrition animale : de nouveaux défis
Globalement, la baisse des volumes Nutrition animale, malgré une légère hausse des prix des matières premières, entraine une diminution de 12,6 % du chiffre d’affaires 2019-2020 qui s’élève à 17,9 millions d’euros. 
La crise sanitaire actuelle liée au coronavirus semble avoir fait évoluer les demandes d’une partie des consommateurs vers plus de local et de produits « sains et naturels ». La coopérative Interval souhaite relever le défi avec les éleveurs en poursuivant son engagement et en proposant une large gamme d’aliments sans OGM, bio,… ainsi que des Mash répondant aux différents cahiers des charges.
Le millésime fourrager 2019, suffisants en quantité et qualité, aura permis aux éleveurs d’éviter d’avoir recours à des achats massifs de fourrages comme l’année précédente. Malgré cette bouffée d’oxygène, les 4 années passées auront laissé des traces dans les élevages : faiblesse des prix payés aux producteurs de viande et lait standard, aléas climatiques…
Lors de cet exercice, la coopérative a rétrocédé 66 148 t d’aliments soit une baisse de 14,5 %. 
Le rapport d’activité est consultable dans son intégralité sur le site internet de la coopérative www.interval.coop. n

IR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.