9 marchés dérogatoires

Marchés alimentaires / Parmi les 539 communes du département, 9 se sont vues attribuer une dérogation à l’interdiction des marchés alimentaires en vigueur pour enrayer la propagation du covid-19.

Aillevillers-et-Lyaumont, Champlitte, Fougerolles-Saint-Valbert, Jussey, Luxeuil-les-Bains, Vesoul, Saint-Loup-sur-Semouse, Raddon-et-Chapendu et Plancher-les-Mines : voici la liste des communes ayant obtenu, à la demande de leur mairie, une dérogation préfectorale à l’interdiction des marchés alimentaires, qui fait partie de l’arsenal déployé par le premier ministre le 23 mars dernier « dans le cadre du renforcement des mesures de confinement ». Le président de la FDSEA, Emmanuel Aebischer, s’est entretenu avec la Préfète du département le soir même, au sujet des marchés alimentaires. La FDSEA de Haute-Saône a également adressé aux services préfectoraux un guide des bonnes pratiques dans la lutte contre la propagation du Covid-19 pour la continuité des tenues des marchés ouverts (de plein air) émanant de la fédération nationale des marchés de France.

Des dérogations sous certaines conditions
Les textes réglementaires prévoient en effet que sur demande des maires, la préfète de la Haute-Saône peut accorder une dérogation à cette interdiction. Chaque demande de dérogation est alors étudiée au cas par cas. Différents critères ont été pris en compte dans l’analyse des demandes. Comme les faibles capacités d’approvisionnement en produits frais des autres points de vente de proximité, la vente de produits locaux, en filière courte, la fréquentation habituelle du marché par un public fragile, notamment de personnes âgées, la réduction de la fréquence de tenue du marché ou encore le faible nombre d’exposants.
Ces dérogations sont accordées, sous réserve des contrôles du respect des mesures barrières et de distanciation sociale de la clientèle, indispensables pour limiter la propagation du virus. Il appartient aux maires, qui ont obtenu une dérogation, de veiller au respect des modalités d’organisation (contrôles d’accès, espacement des étals, gestion des files d’attente, nature et provenance des produits alimentaires vendus) propres à garantir la sécurité des populations (lire ci-dessous). Ce dernier, en sa qualité d’autorité de police, doit assurer la sécurité publique.
Des contrôles seront par ailleurs régulièrement opérés par les forces de l’ordre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.