Mieux connaître les clients de nos clients

Interview / Le 6 juin, les producteurs Lactalis de Franche-Comté tiendront leur assemblée générale à Vesoul. Bruno Lancelot, en tant que président de l’OP Grand-Est (Apllage), interviendra pour présenter l’actualité des négociations en OP et à l’Unell (Union nationale des éleveurs livreurs Lactalis). Comment se conduisent les négociations avec Lactalis ? Comment gère-t-on les différentes échelles de représentation des adhérents ? L’éleveur viendra discuter avec eux le jour de l’AG.

HSA : Quels sont les gros sujets de discussion au niveau de l’OP Grand-Est et de l’Unell ?
Bruno Lancelot : Le gros sujet en ce moment, c’est la négociation de l’accord-cadre. Le contrat individuel est signé depuis 2012, mais le contrat-cadre définit comment fonctionnent l’OP et l’entreprise, pour pouvoir déroger au droit de la concurrence et parler prix. Ces discussions se tiennent au niveau national, à l’Unell où sont regroupées les OP régionales.

HSA : Est-ce que la négociation n’est pas déjà aboutie ?
Bruno Lancelot : Nous avons proposé, conformément à la réglementation et à la loi EGAlim, un accord-cadre en novembre 2018. Là-dessus, beaucoup de clauses ou d’articles ont été adoptés en accord avec l’entreprise. Mais il reste un article, sans doute le plus important, qui fait l’objet d’un litige : celui qui définit les modalités de fixation de prix du lait.

HSA : Comment se passe cette négociation ?
Bruno Lancelot : Faute d’un accord, nous avons demandé l’intervention du médiateur des relations commerciales agricoles. Pour l’instant, chacune des deux parties (l’OP d’une part, Lactalis de l’autre) a rencontré le médiateur pour lui exposer ses positions, à la mi-mai. La rencontre tripartite a lieu si le médiateur estime qu’une plage d’entente peut être trouvée. Nous ne sommes pas encore arrivés à ce stade. D’autres sujets sont également en cours de discussion pour faire avancer la médiation.

HSA : Qu’est ce qui est si difficile à négocier ?
Bruno Lancelot : C’est toujours la définition de la formule de prix. Dans cette formule (je pourrai rentrer dans les détails lors de l’AG) nous prenons en compte 50 % du prix PGC France, 30 % de beurre-poudre, et 20 % de cotation du lait allemand. Mais c’est sur le prix PGC France que nous ne sommes pas d’accord. De notre côté, dans les OP, nous souhaitons que Lactalis, qui a utilisé les coûts de production pour obtenir des hausses de la part de ses clients, les intègre aussi pour permettre une hausse du prix payé au producteur ! La difficulté, c’est que les EGA ont imposé l’utilisation des coûts de production, mais n’ont pas précisé les modalités.

HSA : A-t-on intérêt à négocier aussi haut que l’Unell ? Ne pourrait-on pas s’en tenir à notre OP ?
Bruno Lancelot : Certaines négociations ne peuvent pas se faire à un niveau moindre. D’ailleurs, on remarque que Lactalis impose aux OP hors-Unell les décisions négociées à l’Unell. Et puis nous y trouvons aussi notre compte :
Récemment, le président de l’Unell Claude Bonnet et moi-même sommes allés rencontrer les enseignes de la Grande Distribution. En quelque sorte, nous apprenons à connaître les clients de notre client. Sans être naïfs,
nous comprenons mieux comment fonctionnent les relations à l’aval de la filière, repérons les points de blocage et le cas échéant nous pouvons mettre les uns et les autres en face de leurs contradictions.

LD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.