Soutenir l’agriculture, une priorité pour l’ensemble des candidats

Elections européennes / Un peu plus d’un mois avant les élections européennes, des représentants de sept listes sont venus présenter les grandes lignes de leur projet pour l’agriculture, le 18 avril, devant la presse agricole. Parmi les points communs, on peut souligner la volonté partagée de redonner du revenu aux agriculteurs, même si les voies envisagées pour y parvenir diffèrent, entre dispositifs de gestion des risques, réorientation des aides PAC, rémunération des services rendus par les agriculteurs…

Première politique commune de l’Union européenne, la PAC représente aujourd’hui 40 % du budget européen. Un budget menacé, que la plupart des représentants des listes candidates aux élections européennes, venus présenter leur programme agricole à tour de rôle le 18 avril à l’initiative du Syndicat national de la presse agricole et rurale, ont promis de défendre pour redonner à la politique agricole un rôle stratégique. C’est la position de Jérémy Decerle, candidat de la liste La République en marche, d’Anne Sander, eurodéputée sortante, sur la liste des Républicains, ou encore
d’Olivier Mével représentant l’UDI. Pour Eric Andrieu, député européen socialiste et représentant de la liste PS-Place publique, qui siège à la Commission agriculture à Bruxelles, il faut être très vigilant : « aujourd’hui, c’est un budget réduit qui est proposé ; nous revendiquons 1,3 % du PIB pour maintenir les budgets constants et répondre aux nouveaux défis », alors que la politique agricole est « à un moment charnière ».

Une Europe qui soutienne les agriculteurs
Pour Jérémy Decerle, il est en effet important de renforcer l’agriculture européenne alors que toutes les grandes puissances ont déjà fait de leur agriculture un secteur stratégique. Pour la République en Marche -qui ne dévoilera son programme qu’à la fin du mois- la PAC devra sécuriser davantage les agriculteurs européens grâce à une définition précise de l’actif agricole, une meilleure résilience à travers un système assurantiel plus efficace, peut-être inspiré du Farm Bill américain, et une réorientation des aides vers l’activité plutôt que vers les hectares. Jérémy Decerle n’évoque cependant pas de plafonnement des aides, à la différence de Laurence Lyonnais, de la France insoumise, qui indique une volonté de limiter les aides à 60 000 euros par actif et une limitation de la taille des exploitations à 100 ha pour être éligible à ces aides. L’UDI entend de son côté maintenir un certain nombre d’aides actuelles, avec une limitation des aides directes à 80 000 euros. La lutte contre les distorsions de concurrence est une nécessité pour beaucoup de candidats : la France insoumise propose de sortir l’agriculture des traités de libre-échange, Hervé Juvin, du Rassemblement national, veut « sécuriser le marché intérieur, et sanctuariser nos appellations d’origine », ainsi que maintenir une agriculture de qualité car « c’est notre excellence qui fera notre qualité à l’exportation », estime-t-il. Pour Anne Sander, la lutte contre les distorsions de concurrence doit également avoir lieu au niveau européen : « la politique agricole doit rester commune, nous ne voulons pas 27 modèles différents avec une concurrence exacerbée », explique-t-elle. LR propose aussi la mise en place de droits de douane anti-pollution, et l’introduction de la préférence communautaire dans les échanges. Pour Olivier Mével, ancien acheteur pour Leclerc, aujourd’hui consultant en stratégie des filières alimentaires, le retour de la valeur aux agriculteurs passera nécessairement par une législation européenne interdisant aux centrales d’achat de se regrouper aussi fortement.

Renouer avec la société
Si la PAC a permis avec succès d’assurer la sécurité alimentaire des européens, force est de constater que les citoyens comprennent de moins en moins l’objectif de cette politique, surtout en regard du budget qu’elle représente. Au-delà de la communication à renforcer sur son utilité, une partie des candidats propose de recréer du lien entre politique agricole et politique alimentaire. C’est le cœur du programme d’Europe Ecologie Les Verts, représenté par Benoit Biteau, qui souhaite « replacer le débat agricole dans un débat de société ». Dans cette optique, il propose de « sortir des logiques où la PAC est exclusivement un outil de complément de revenu », pour aller vers une rémunération aux services rendus par les agriculteurs, chaque fois qu’ils s’engageront dans des pratiques plus vertueuses pour l’équilibre des territoires, des biodiversités, du climat, etc. Mais c’est également l’un des souhaits de LREM : « nous devons être un peu plus pragmatique au niveau écologique, réussir la transition, être moins dépendants des pesticides et en sortir à 50 % d’ici 2025 », explique Jérémy Decerle, avec des objectifs de résultats préférés aux objectifs de moyens. Sans oublier cependant que « le seul moyen de répondre aux attentes sociétales, c’est de conserver des agriculteurs sur les territoires », insiste-t-il. Hervé Juvin propose quant à lui de rémunérer les agriculteurs pour le carbone qu’ils captent dans le sol. Enfin, pour tous, la vision stratégique manque en matière d’agriculture et d’alimentation au niveau européen. Ainsi, Eric Andrieu se dit « en colère » contre le commissaire européen « qui n’a pas pris la mesure stratégique de l’alimentation dans les trente ans qui viennent », le découplage des aides, en retrait par rapport à la PAC précédente, « est un non-sens écologique ».
Cependant, pour l’ensemble des candidats, si l’écologie est désormais indissociable de la politique agricole commune, la première étape reste de garantir un revenu aux agriculteurs pour leur permettre de faire des choix plus respectueux de l’environnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.