Mieux gérer l’aléa climatique

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Journée régionale du groupe « herbe » / Pour bâtir un système fourrager robuste et résilient face aux aléas climatiques, des leviers existent : diversification de la flore prairiale, adaptations du calendrier d’exploitation des ressources, fertilisation optimisée, ajustement des effectifs animaux…

Les caprices météorologiques étaient à l’ordre du jour de la rencontre technique organisée à Rioz par le groupe herbe de Franche-Comté, le 11 avril dernier. En effet, plusieurs scénarios laissent présager une évolution du climat en Franche-Comté : « on s’attend à une augmentation des températures moyennes, un recul du nombre de jours de gel, des précipitations plus abondantes en cumul sous forme d’épisodes pluvieux plus intenses, et des étés plus secs », a détaillé Margaux Reboul Salze, référente changement climatique à la Chambre d’agriculture de Haute-Saône. Ces changements auront bien entendu des répercussions sur les systèmes d’élevage, et l’épisode de sécheresse prolongée de 2018 en est une bonne illustration…

Plus de vaches, mais pas plus de prairies ?
Malgré la montée en puissance de la question climatique dans la sphère médiatique, et le sentiment d’urgence que peuvent provoquer les discours “climatostrophiques”, la question nécessite néanmoins de prendre un peu de recul. « Si on regarde de près les évolutions des systèmes d’élevage en Franche-Comté au cours des 10 dernières années, on voit que dans tous les départements la tendance est la même, avec 10 à 12 vaches supplémentaires par troupeau… expose Florian Anselme, conseiller à Evajura. Or ces augmentations d’effectif n’ont pas forcément été accompagnées par une hausse des surfaces accessibles au troupeau ! »
L’occasion de donner quelques repères chiffrés pour bien saisir cette notion d’adéquation entre besoins du troupeau et ressources fourragères. « Sur une hypothèse réaliste d’une production fourragère moyenne de 35 kg de matière sèche par jour et par hectare, on arrive au ratio de 50 ares par vache… ça fait 23 ha pour un troupeau de 46 VL. Si le troupeau passe à 60 vaches… et qu’on veut une ration basée sur le pâturage, il faut trouver 7 ha accessibles supplémentaires. Si on intègre un facteur aléa climatique, avec une croissance de l’herbe freinée par le manque d’eau, à 15 kgMS/ha/jour, il faudra encore des hectares supplémentaires… on arrive à 68 ha pour nos 60 vaches. » Le conseiller a aussi quantifié l’impact d’un épisode de sécheresse estival sur les stocks fourragers. « Nourrir le troupeau, à hauteur de 17 kgMS/VL/jour, c’est 1 tonne/jour pour 60 vaches… si ça dure 45 jours, il vous faut 4 ha de maïs ensilage ou 8 ha de prairie de fauche ! Ce sont des notions à bien intégrer dans les stratégies d’agrandissement, et notamment l’impact de ces fourrages conservés sur le coût de la ration et la marge de l’atelier lait. »

Diversifier les ressources fourragères
Didier Deleau, d’Arvalis-Institut du végétal, a également délivré quelques éclairages instructifs sur l’adaptation des systèmes fourragers aux aléas climatiques. Il a incité les éleveurs à tirer parti des atouts qu’offrent de nombreuses espèces végétales, comme par exemple en faisant pâturer un couvert réglementaire ou en le récoltant. « Des crucifères (radis, colza fourrager, navette), semés en fin d’été, peuvent
assurer une pâture en vert de qualité avec l’avantage de pousser très vite. L’autre option consiste à implanter du ray-grass italien alternatif. Seul ou associé à un trèfle incarnat, il peut être pâturé en fin d’automne puis ensilé au printemps. » Les prairies multi-espèces constituent aussi une voie prometteuse « les expérimentations conduites depuis plus de 10 ans montrent qu’on a un effet réel en année sèche, avec des rendements
15 à 80 % supérieurs à ceux des prairies monospécifiques », rappelle-t-il. « Mais il faut choisir ces espèces dans un groupe de précocité comparable, ainsi que sur des critères de tolérance au froid et aux maladies. » Sur le terrain, en l’occurrence l’exploitation de Philippe Munnier, éleveur laitier en agriculture biologique à Rioz, les techniciens du groupe herbe ont animé trois ateliers thématiques. Les participants ont ainsi pu observer un profil cultural, et entrevoir l’impact de pratiques vertueuses qui favorisent la vie du sol et une bonne exploration racinaire. Ils ont aussi pu se familiariser avec la composition floristique et découvrir pour certains la chicorée, que Philippe Munnier intègre à son mélange prairial. « C’est une plante invasive… qui résiste bien à la sécheresse et que les vaches apprécient ! » La conduite de la fertilisation, l’utilisation de l’herbomètre, du logiciel Patur’net ou encore l’acquisition de repères d’exploitation de l’herbe au pâturage étaient également au menu de cette journée.

AC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *