Un grand spectacle !

135_missfrance

Show Open Génisses 2017 /Avec plus de 500 génisses présentes, un nombre record de participants au concours des meneurs, une organisation au top, l’étape à Dole du show open génisses restera dans les annales…

Le show a battu son plein pendant deux jours : avec une régularité de métronome, les sections de génisses holstein, brunes, montbéliardes, jersiaises, vosgiennes et simmental se sont succédée sur le grand ring scindé en deux de Dolexepo. L’ancien site industriel de 18 000 m², réhabilité en parc d’exposition par la ville de Dole en 2016, avait déjà reçu des vaches à deux reprises, à l’occasion de la présentation génétique de Jura-Bétail, en mars dernier, et pour le comice de la région doloise. « Il y a une volonté du Grand Dole de se rapprocher du monde agricole et nous nous en félicitons », a déclaré le président du syndicat des éleveurs du Jura, organisateur de la manifestation. Mais par son ampleur, son affluence, son niveau et son caractère international, le Show Open Génisses 2017 a donné au site de Dolexpo une nouvelle dimension : plus de 500 génisses – dont 234 montbéliardes, plus de 300 participants au concours de meneurs (180 rien que pour la race montbéliarde), sans oublier le championnat nocturne, avec son et lumières, des effets spéciaux dignes d’un combat de catch… « ça restera un souvenir mémorable », résume laconiquement Jérémy Douillard, président de l’association des Jeunes éleveurs montbéliards de l’Ouest (JEMO), et venu à Dole avec une délégation de 14 passionnés. « Tout était au top : l’organisation, l’accueil, le déroulement des concours, le travail des juges… sans oublier la convivialité et les échanges avec les autres équipes ! »

La fine fleur de l’élevage français
C’est en effet de toute la France qu’ont afflué à Dole les jeunes passionnés d’élevage, la fine fleur de l’élevage français, pour se mesurer, confronter leurs animaux et leur savoir-faire. En race montbéliarde, Nicolas Longchamps, éleveur du Doubs, a arbitré le concours morphologique. Attentif aux lignes de dos, à la qualité des aplombs, à l’harmonie générale, il a classé et trier sans discontinuer. Pour finalement désigner la grande championne : Missfrance (Hadès sur Vercel) au Gaec Bart à Fertans, dans le Doubs, déjà championne junior. « Une génisse avec de la classe, une ligne de dos irréprochable, avec un rein soudé, une génisse avec un bassin très bien établi, une génisse remarquable, bravo ! » Elle devance donc la championne senior, Lara (Isomer jb sur Soja jb) au Gaec Weber à Mirebel dans le Jura, qui obtient la réserve : « Elle m’avait scotché quand elle est entrée sur le ring, regardez cette puissance, cet éclatement de l’avant-main et cette ligne de dessus… une génisse hors-pair, bravo ! » Enfin, la mention honorable au prix de grande championne revient à Myrtille (Imposable sur Triomphe) du Gaec du Plateau Vert à Gresy sur Aix en Savoie, déjà réserve championne senior. « Beaucoup de puissance dans l’avant-main, un flanc très descendu et un membre très sec… »
Etienne Adam, juge de l’unique section de génisses vosgiennes, a élu FDC Milka (Gordon), à Hengy Fanny, d’Anjeux en Haute-Saône, pour son « harmonie générale, le meilleur compromis entre le développement et la puissance ».

Maya, suprême championne
En race prim’holstein, c’est une génisse venue du Bas-Rhin qui a dominé le concours : Maya (Mccutchen sur Dempsey), appartenant au Gaec Dintinger et S. Vieux a enchaîné les victoires en section, puis en championnat senior holstein, grande championne de race et enfin championne suprême du Show Open Génisse, par décision collégiale des quatre juges. « Cette génisse présente le type idéal, dans n’importe quel concours international, elle mérite de figurer dans le Top 5, a assuré Roger Turner, venu des Etats-Unis pour arbitrer les concours holstein et jersiaise, après avoir loué ses qualités : elle se démarque par sa force laitière, le raffinement de ses attaches et la qualité de ses membres. » En red holstein, « la force de l’avant-main et la qualité du jarret ont fait la différence » pour Mitney (Matisse red) au Gaec du Giroud dans l’Ain.
A noter une section Jersiaise, dominée par POM Mimy (Comercia) de l’Élevage le Bois Brillant dans le Maine et Loire. En race brune, c’est la championne junior qui s’est finalement imposée pour le titre de grande championne. Marinette (Jerobsam) du Gaec Brast Savy dans le département de l’Aveyron « pour sa solidité et son ligament soudé ». Terminons ce tour d’horizon avec la race simmental, dont c’était la première participation au show Open génisses. Liphanie (Pandora) du Gaec du Giroud dans l’Ain l’a emporté « pour sa puissance, sa couverture musculaire », devant deux génisses du Jura, Lise (Vigaro) à l’Earl de la Charme et Lacune (Illuminati) au Gaec de Chevanny.

AC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *