La race qui crée du lien

Exif_JPEG_420

Exif_JPEG_420

Vosgienne / A l’occasion du « Dimanche à la Ferme », le syndicat des éleveurs de Vosgiennes organise un grand concours de la race à Anjeux chez Marc Spenle. Une démarche qui s’accorde bien au principe du « Dimanche à la Ferme », puisque tout est fait pour rassembler les éleveurs d’une part, et faire participer le grand-public d’autre part. 

Dimanche 6 août se tiendront les « Dimanche à la Ferme » dans 3 exploitations du département. À Anjeux à la Ferme des Clarines, auront lieu comme tous les ans les portes ouvertes. Mais, fait plus exceptionnel, les éleveurs de Vosgiennes y tiendront également un grand concours bovin autour de la race, le plus grand organisé depuis le Spécial en 2005 à Saint Bresson. Une trentaine d’animaux de race vosgienne sont déjà inscrits. Un bon score pour la petite race, qui est dû à la volonté des organisateurs d’inclure tous les éleveurs, même ceux qui sont moins habitués des concours

Parler vraiment au grand-public
À l’AG l’an passé, l’idée était déjà dans les tuyaux. L’objectif est bien entendu de « mettre la race en avant », explique Marc Spenle, mais aussi de « valoriser son image auprès du grand-public » : l’image de la production locale, de la vente directe, du rapport au terroir, des circuits courts. Et ça tombe bien, c’est justement l’objectif des « Dimanche à la Ferme » : faire venir non pas les paysans, mais le grand-public dans les fermes. L’an dernier, à la ferme des Clarines déjà, ça avait bien fonctionné. Gageons qu’avec ce concours en plus, le succès sera encore au rendez-vous.
Déjà les éleveurs sont au travail. Jeudi, ils étaient tous réunis pour monter les stands, préparer les lieux, décorer… Les lots sont déjà prêts, notamment une série de cloches magnifiques pour récompenser les meilleures vaches. « Et pas seulement les laitières », rappelle Fanny Hengy, qui souligne qu’une section de vaches allaitantes concourra également, pour mettre en valeur le caractère mixte de la race.

Le défilé d’honneur dans le village
C’est donc un pari multiple qu’ont fait les organisateurs : réunir dans les stalles à la fois des éleveurs habitués des rings et des éleveurs moins férus de concours ; et réunir sur une exploitation agricole des paysans avec le plus possible de visiteurs plus éloignés du milieu agricole. Pour ces derniers, les éleveurs ont également prévu dans l’après-midi l’élection d’une Miss Vosgienne : un jury d’amateurs pourra lui aussi choisir sa championne. « On aura peut-être des surprises, explique encore Fanny Hengy. Pour le grand public, les critères ne seront pas forcément les mêmes que pour nous ! ». Vente des produits de la ferme, restauration, animations pour les enfants, soirée tares flambées, orchestre de cor des Alpes et accordéon, tout y sera, de 10h à 22h. Le syndicat des éleveurs de Vosgienne a même prévu un stand « caprin » avec des races menacées (voir ci-contre). En milieu d’après-midi, vers 16h, il ne faudra sans doute pas rater la « transhumance », une sorte de « défilé d’honneur des Vosgiennes dans le village », explique Clément Géant. Une petite race qui a tout d’une grande, et qui va surtout marquer des points auprès du grand-public, pour le bien de toute la profession.

LD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *