Démission de Thierry Chalmin de son poste d’administrateur de la SAFER

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Thierry Chalmin, président de la Chambre d’Agriculture de Haute-Saône et siègeant au conseil d’administration de la SAFER Bourgogne Franche-Comté, représentant des Chambres d’agriculture, a décidé de démissionner de son poste d’administrateur après avoir eu connaissance lors de l’assemblée générale de la SAFER du montant des indemnités versées au directeur de la SAFER pour son départ.
Après l’interpellation de Vincent Fidon, membre de la Chambre d’Agriculture de Haute-Saône sur ce sujet lors de la dernière session de la Chambre d’Agriculture, Thierry Chalmin a décidé de rendre publique sa décision et vous trouverez ci-après un extrait de son courrier de démission.
“Le bureau de la Chambre Régionale BFC m’avait confié la mission de représenter notre compagnie consulaire au sein du conseil d’administration de la SAFER BFC. J’ai, dans la mesure de mon emploi du temps, tout fait pour assumer cet engagement depuis plusieurs années.
Lors de l’assemblée générale de la SAFER BFC, le 7 juin dernier, à Dole, j’ai été stupéfait d’apprendre de la bouche de Mr le Commissaire aux comptes que la SAFER BFC, dans une générosité édifiante, avait octroyé 230 000 € à l’ancien Directeur Général.
A aucun moment, le Conseil d’administration n’a été mis au courant de cette opération.
Au fil des jours, la stupéfaction a laissé place à l’indignation.
Comment cautionner cela, alors que je suis, dans tous mes mandats, le représentant et le défenseur de paysans qui pour au moins la moitié d’entre eux peinent pour dégager au plus 350 € de revenu mensuel ? Comment accepter, dans un moment où l’agriculture vacille, où les agriculteurs et les agricultrices s’interrogent sur leur avenir, sur le sens même de leur métier, qu’un tel avantage représente 657 mois de revenu d’un pauvre paysan, soit plus de 54 années, soit plus que la carrière complète des pauvres tâcherons que nous sommes devenus !
Nous n’avons vraiment pas tous les mêmes valeurs, mais pour moi, il n’est pas possible de digérer un tel mépris.
C’est pourquoi, Mr le Président je vous demande d’accepter ma démission de représentation de la Chambre Régionale au sein du conseil d’administration de la SAFER BFC.
Si je n’agissais pas de la sorte, j’aurais le sentiment honteux de trahir toutes celles et ceux qui me font confiance dans l’exercice de mes mandats”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *