Valoriser le lait sur le marché français

SODIAAL_tribune1

Sodiaal / Lors de son assemblée de section Centre-Est à Colombey-les-Deux-Eglises le 27 avril, Sodiaal a tenu à rassurer les éleveurs en exposant sa stratégie de soutien et de défense du prix du lait.

Dans une ambiance tendue à cause de la crise laitière, la coopérative a reconnu une « situation complexe et intenable sur le long terme », selon les mots d’introduction de Nicolas Beck, administrateur Sodiaal. « Il y a un avant et un après 2016, j’espère qu’on est en sortie de crise. Les attentes sont nombreuses car les trésoreries devront attendre 3 années normales pour s’en remettre ».

Difficultés des marchés
Malgré la crise et les conditions de marchés extrêmement tendues (surproduction européenne, embargo russe, baisse des importations chinoises), la diversité des métiers de la coopérative lui permet de résister. Toutes les régions françaises observent une baisse du volume de production, sauf dans le Nord grâce à la fusion avec la Coopérative Laitière de Haute-Normandie. En 2016, le groupe coopératif a dégagé un EBE de 122 M € pour un chiffre d’affaires de 4,8 Md € et a nommé un nouveau Directeur Général : Jorge Boucas. La production laitière de Sodiaal Centre Est était de 577 ML en 2016, soit une diminution de 6,36 %. Le nombre d’exploitation suit la même tendance : 1 266 en 2016, soit une baisse de 4,81 %. Sodiaal a payé le prix A en moyenne à 280 €/1000 L et 276 €/1000 L pour le prix B.
La coopérative a investi 100 M € en 2016, principalement en modernisant ses sites comme la création d’une nouvelle ligne de découpe à la fromagerie de Montigny-le-Roi. Elle veut également diminuer le nombre d’accidents du travail (6 dans la région l’année dernière) car les chiffres stagnent depuis 3 ans. Elle a mis en place un programme de réduction comprenant 3 axes : les manœuvres en ferme (favoriser un bon champ de vision, faciliter l’entrée de l’exploitation), une laiterie propre (et rangée) et le protocole de sécurité en ferme (accompagnement de la rédaction du DUER).

Redistribution du résultat
Dans ce contexte de crise, quelle peut-être la stratégie de Sodiaal ? Réponse du président Damien Lacombe : « notre objectif est de valoriser les produits au mieux, même avec un prix moyen, si on fait du chiffre on peut le redistribuer ». La coopérative a donc réparti 17 M € de ristourne à ses sociétaires, au titre des résultats 2015. Lors de l’assemblée générale du groupe au mois de juin, il sera proposé le versement d’une ristourne de 4,60 €/ 1000 L, dont 2,60 en numéraire et 2 € capitalisés, ainsi que 3 M € d’intérêts aux parts. Au total, ce sont 25 M € qui pourraient revenir aux producteurs. Une nouvelle règle de répartition du résultat du groupe sera aussi proposée : un tiers revenant au producteur sous forme de ristourne, un tiers sous forme de placement à long terme dans la coopérative et un tiers mis en réserve impartageable, de façon à continuer les investissements.

Valoriser le lait français
Dès début 2016, Sodiaal s’est engagé dans la défense du prix du lait en signant la charte des valeurs avec les distributeurs et en mettant en place un logo « Lait collecté et conditionné en France » en association avec Syndilait. Ainsi, la coopérative préserve la valorisation sur le marché français et évite que le prix du lait ne tombe au niveau du prix allemand, maintenant un écart significatif. En parallèle, elle a poursuivi son travail sur des outils de gestion de la volatilité et de stabilisation du revenu, avec l’objectif de disposer d’instruments de sécurisation du prix B dans la durée. Le groupe met en valeur sa spécificité coopérative en développant la communication de ses marques. Ainsi, les avantages du modèle coopératif sont mis en avant auprès des consommateurs, ainsi que la Route du lait qui évolue encore pour coller davantage aux attentes sociétales (qualité du lait, diagnostic carbone dans les exploitations, bien-être animal, énergie…).

Tourné vers le bio
La coopérative renforce son soutien à la conversion en bio des producteurs par une prime de 30 à 50 € pendant la période de conversion, avec un prix spécifique autour de 450 €/1000 L de lait bio (en 2016). Le groupe apporte également un soutien technique (accompagnement, formation) et commercial, avec 2 projets stratégiques en lait de consommation et poudres de lait infantiles, permettant des débouchés pérennes. Sodiaal s’est aussi associé à la marque de consommateurs « C’est qui le patron ? » pour commercialiser du beurre bio, garantissant une juste rémunération au producteur. En 2016, Sodiaal a collecté 64 millions de litres de lait bio (260 exploitations) et se donne comme objectif d’en produire 200 millions en 2020. Sodiaal a également facilité l’accessibilité de ses sociétaires au processus d’aide à la réduction de la production laitière mise en place par l’UE grâce à une interface : 2 780 sociétaires ont effectué la démarche. D’autre part le groupe maintient sa Sodiaal Box, un dispositif de soutien aux jeunes agriculteurs, avec notamment 10 000 € d’aides spécifiques à l’installation.

Cap sur la valeur
« Nous devons valoriser notre mix produit » a déclaré le directeur général Jorge Boucas par l’intermédiaire d’une vidéo. Pour le président Damien Lacombe : « il faut investir pour développer des outils », mais aussi « faire des recrutements pour gagner des marchés à l’international comme en Chine, au Moyen-Orient ou dans certains pays d’Afrique. La segmentation est aussi un moyen de gagner de la valeur comme avec le bio, le lait de pâturage ou le lait de montagne ». Sodiaal rappelle l’importance de mettre en place des outils collectifs de gestion de la volatilité et de maîtrise des volumes. La coopérative continue sa réflexion sur de nouvelles modalités de fixation du prix du lait via un contrat à marge sécurisée. Une expérimentation a été lancée en début d’année, avec l’objectif de mettre en œuvre le dispositif auprès de l’ensemble des sociétaires en 2018. Sodiaal poursuit son travail de fond pour rechercher de la valeur à tous les niveaux, c’est le grand chantier dont devra s’occuper le nouveau directeur général, qui présentera un plan stratégique à l’automne.

Thibaut Morillon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *