Jaëlle et Doisneau

TNLA_Groupe (3)

Salon de l’agriculture / Cette année encore, le lycée agricole de Vesoul participe au Trophée National des Lycées Agricole, avec Jaëlle, jeune montbéliarde du troupeau de Port-sur-Saône. Une compétition d’autant plus difficile que les élèves impliqués sont tous en apprentissage, donc souvent absents. Mais avec l’affiche qu’ils vont présenter, leurs chances de podium ne sont pas minces !

Le TNLA (Trophée national des Lycées agricoles) est un défi que relèvent désormais tous les ans les étudiants au CFA du Lycée Agricole de Vesoul. Cette année, dans le cadre de leur PIC (projet d’initiative et de communication), cinq jeunes en seconde année de BTS PA ont choisi de se lancer dans cette aventure, dont la phase finale se tiendra au cours du salon de l’agriculture. En plus d’une solide motivation, de compétences en informatique et en langues, d’une bonne répartition des savoir-faire, les élèves ont cette année été particulièrement inspirés pour leur affiche.

L’avenir de la profession
Car l’un des exercices obligés pour prétendre participer au trophée, c’est l’épreuve de communication. Dans cette épreuve, les jeunes doivent notamment créer un blog, une vidéo de présentation de l’équipe, et une affiche. Et on peut dire que l’imagination ne leur a pas fait défaut. Le thème imposé était « L’agriculture, une passion, des ambitions » ; ils ont donc mis en scène deux enfants s’entraidant pour maquiller un “no future” sur un tableau noir, en “nos futurs”… Tout un programme. La photo, en noir et blanc, fait tout de suite penser aux célèbres clichés de Robert Doisneau. Tout y est : les costumes années 50, la bouille à lait, le tableau à craies (de l’école de Frotey), le béret, les grandes chaussettes… Derrière la mise en scène, il y a de la réflexion : « Nous avons voulu exprimer les notions d’entraide, de solidarité, mais aussi d’authenticité, de tradition », expliquent les étudiants. Clémence, Delphine, Sarah, Lorena et Nicolas sont très impliqués dans leur projet. Et ce malgré la difficulté supplémentaire que leurs concurrents n’auront pas : ils sont tous en alternance, donc ne se voient que quelques semaines dans l’année pour avancer dans leur projet. Une contrainte qui exige d’autant plus d’organisation.

Chacun son talent
La vache qu’ils ont choisie pour concourir, Jaëlle, est une jeune primipare qui aura tout juste 3 ans lors du SIA en février. C’est une fille de Guiluxe (Benetton / Skippy JB / Oxalin), « vêlée le 1er août 2016 », précisent les élèves sur le blog qu’ils tiennent à jour régulièrement. A Port-sur-Saône, c’est Delphine qui s’occupe le plus de Jaëlle, puisqu’elle est apprentie à la ferme de l’exploitation depuis 2 ans. Mais les autres viennent dès que possible. Bien qu’aucun des cinq étudiants ne soit originaire de Haute-Saône (ils sont du Doubs, du Jura, du Territoire, d’Alsace, de Bourgogne), tous sauront défendre les couleurs de la Montbéliarde, de l’enseignement agricole et de la Haute-Saône ! Dans l’équipe, chacun développe ses talents : informatique, langues étrangères, communication, technique d’élevage, animation… Le TNLA nécessite la mobilisation de compétences variées. A Paris, il faudra combiner tous ces savoir-faire pour proposer la meilleure prestation lors de l’épreuve de présentation, et lors du sketch de 5 minutes sur le grand ring… Bonne chance à eux !

LD

Voir le blog des élèves : www.tnla-2017-cfaavesoul.blogspot.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *