Zones défavorisées, zones vulnérables et crise agricole à l’ordre du jour

Mise en page 1

FRSEA / Le conseil d’administration de la FRSEA Bourgogne Franche-Comté réuni le 5 décembre à la Maison familiale de Ruffey-lès-Beaune, a permis d’aborder les sujets d’actualité qui préoccupent les agriculteurs de cette nouvelle région. 

Le premier sujet, c’est la transformation des zones défavorisées simples en zones soumises à contraintes naturelles (ZSCN) et zones soumises à contraintes spécifiques (ZSCS). Force est de constater que la mobilisation syndicale commence à payer. En effet, la deuxième version de la nouvelle carte commence à prendre en compte les demandes de la profession. Actuellement, avec le rattrapage des surfaces en herbe, le chargement à 1,4 UGB /ha, la PBS abaissée de 10 %, environ 90 % des zones défavorisées seraient récupérées. Mais tout n’est pas réglé, aussi la profession souhaite mettre en avant deux critères spécifiques combinés : l’exclusion de la PBS viticole dans les communes avec une présence d’élevage, et la prise en compte des plans de prévention des risques d’inondation avec une surface en herbe supérieur à 20 %. « Ces deux critères permettraient de récupérer plusieurs dizaines de communes du Jura, de la Saône et Loire, de la Côte d’Or et de la Haute-Saône » explique Thierry Chalmin, administrateur de la FNSEA. Le deuxième sujet, ce sont les zones vulnérables. Les OPA du Jura ont demandé une étude géologique pour mieux connaître les masses d’eau souterraines. Frédéric Perrot, président de la FRSEA, explique la démarche : « Cette étude est riche d’enseignements et démontre que la Dreal va un peu vite en besogne, quand elle regroupe toutes les masses d’eau dans la plaine de Dole ». La procédure suit son cours et les FDSEA se mobilisent pour sortir les communes qui n’ont pas de raison de se retrouver en zone vulnérable. Troisième sujet, ce sont les exploitations fragilisées par les crises. Les FDSEA ont plusieurs niveaux d’intervention. La région a lancé des audits pour toutes les exploitations. Ces audits sont réalisés par les chambres d’agriculture en partenariat avec les centres de gestion, les organismes d’élevage,… Il est important que ce dispositif soit pleinement opérationnel. « L’audit est un dispositif qu’il faut promouvoir, mais cela ne résoudra pas tout » explique Bernard Lacour, président de la FDSEA de Saône-et-Loire. « En tant que responsable du développement économique, la Région devrait faire plus en soutenant les investissements, face à cette crise qui frappe de nombreuses productions » ajoute Francis Letellier, président de la FDSEA de l’Yonne. Enfin, le dernier sujet stratégique, le dossier emploi est abordé par Gilles Duquet : « Nous envisageons de signer une convention avec Pôle Emploi et l’enseignement agricole pour renforcer les partenariats et améliorer les actions en faveur de l’emploi en agriculture ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *