Manuel Valls présente de nouvelles mesures de soutien

Paris1

Crise De L’élevage / Dans un contexte de grande manifestation agricole à Paris, le Premier ministre Manuel Valls a annoncé un renforcement des mesures de soutien à l’élevage décidées en juillet. L’effort supplémentaire de l’Etat, d’un peu plus de 300 millions d’euros, a été considéré comme un « grand pas en avant » de la part du président de la FNSEA Xavier Beulin. Présenté par celui-ci aux manifestants, ce dispositif a néanmoins suscité bon nombre de sifflets et huées.

«Un message d’amour » : c’est ainsi que le Premier ministre a conclu sa présentation du nouveau plan de soutien aux éleveurs, à Matignon, le 3 septembre, alors que, place de la Nation, étaient rassemblés plusieurs milliers de manifestants et plus de 1 500 tracteurs. Un plan qui constitue un complément important à celui de juillet. Il représente un effort supplémentaire de l’Etat d’au moins 300 millions d’euros, tout au moins pour les mesures qui peuvent d’ores et déjà être chiffrées. « Le gouvernement nous a entendus », expliquait peu après, devant les manifestants, le président de la FNSEA Xavier Beulin qui estimait qu’il s’agit d’un « grand pas en avant ».
C’est après avoir vu durant deux heures une délégation des syndicats FNSEA et Jeunes agriculteurs que le Premier ministre Manuel Valls a présenté à la presse la panoplie de mesures destinées à « renforcer le plan de soutien annoncé en juillet ». Ce plan est dès lors composé des mesures suivantes. Pour 2015, les prises en charge d’intérêts d’emprunt s’élèveront à 100 millions d’euros ; les prises en charge de cotisations sociales seront triplées pour atteindre 50 M€. Une « année blanche » est décidée pour 2015, c’est-à-dire un report des annuités de l’année. Dès 2015, un alignement de la cotisation minimum maladie sur les régimes des indépendants permettra, selon Manuel Valls, une baisse d’environ 50 millions d’euros des cotisations sociales. Une dotation supplémentaire viendra abonder le Fonds d’allégement des charges. Le Premier ministre n’en a pas donné le montant.

Soutien à l’investissement des filières agricoles
En plus des mesures immédiates pour soutenir les agriculteurs en difficulté, le « plan élevage » présenté par Manuel Valls, intègre un volet de soutien aux investissements. Les moyens publics de soutien à l’investissement seront portés à 350 millions d’euros par an durant trois ans, comprenant la part européenne et les contributions des régions. Manuel Valls réunira prochainement sur cette question les présidents de région. Cela permettrait, selon le Premier ministre, d’investir « un milliard d’euros par an dans les exploitations ». Quant aux outils d’abattage et de découpe, les subventions de l’Etat seront portées de 20 à 50 millions d’euros en 2015.

Simplification des normes s’imposant aux agriculteurs
Le Premier ministre Manuel Valls a également promis « qu’une nouvelle méthode sera définie pour février 2016 fondée en particulier sur la mise en place de tests et sur l’expérimentation » pour définir les nouvelles normes en matière environnementale. « Le but est d’associer très en amont les professionnels agricoles à la définition des mesures qui les concernent. » De plus, « il ne peut plus y avoir de transposition » des règles européennes dans ces domaines. En attendant cette « nouvelle méthode », « d’ici février, aucune mesure nationale allant au-delà des obligations européennes ne sera prise », a indiqué le Premier ministre.

Faire remonter les prix des produits animaux
Le Premier ministre a indiqué que son collègue de l’agriculture, Stéphane Le Foll, allait « maintenir la pression pour que les engagements sur les hausses de prix annoncés par les industriels et distributeurs soient tenus ». A Bruxelles, lors du conseil agricole du 7 septembre, le gouvernement entend, selon lui, « défendre des mesures à effet immédiat pour faire remonter les prix : relèvement du prix d’intervention du lait, action en faveur de l’exportation, assouplissement de l’embargo sanitaire russe, notamment sur le porc ». Enfin, en ce qui concerne les négociations de libre-échange, il a indiqué que « l’Europe doit défendre ses intérêts agricoles, promouvoir ses débouchés et éviter toute déstabilisation des marchés ». « Vous avez le soutien de toute la nation », a conclu le Premier ministre, ajoutant même : « C’est un message d’amour ». Un message, cependant, diversement apprécié par les agriculteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *