Fin des paillettes pour Urbaniste

Mise en page 1

Génétique / Il était père de plus de 80 000 bovins de race montbéliarde en France, et avait commencé sa carrière de reproducteur en Haute-Saône. Le taureau Urbaniste est mort après 12 ans de bons et loyaux services. Il aura été l’un des derniers grands noms de l’époque pré-génomique.

C’est un nom connu de la plupart des éleveurs de montbéliardes… Urbaniste est probablement l’un des derniers taureaux de cette renommée, dans l’ère pré-génomique. Né en septembre 2003, il est mort dans sa douzième année après avoir engendré, d’après les services du Livre Zootechnique à Vesoul, 81 514 descendants, dont 41 056 femelles. Né en Saône et Loire à Varennes, il était à la taurellerie de Brindas depuis 2010 où « il bénéficiait d’un box climatisé à la dimension de sa stature génétique », explique-t-on chez Umotest. Urbaniste était en effet encore indexé à 151 points d’ISU en décembre 2014, avec un CD record de 95 ! Pendant longtemps il a trôné en tête des classements, à 176 points d’ISU par exemple début 2010, loin devant Vase, Tripoli ou Urocher.

Sa première fille en Haute-Saône

Particulièrement apprécié des éleveurs, Urbaniste faisait preuve d’un caractère calme voir « attachant », témoignaient ses soigneurs. Côté performances, il est très bien noté en morphologie et en mamelle (122 points). Bien équilibré, il a produit des milliers de filles dans une bonne partie des élevages du département. Pour l’anecdote, ce taureau connu mondialement a engendré sa première fille, Abeille, le 7 novembre 2005 à Velet, à l’EARL des champs Colomb. La fille aînée d’une des plus grandes fratries de la race. Partout dans les départements, d’autres petites sœurs ont suivi, avec parfois beaucoup de succès, comme dernièrement Fougue, championne mamelle à Épinal (Eurogénétique).

Une valeur sûre à l’export

« Urbaniste, comme Triomphe, c’est le genre de taureaux que l’on avait intérêt à garder notamment pour l’export », témoigne François Thomas de Gen’IA Test. « Pour les étrangers, il représentait la race. Les acheteurs ont vu ses filles, ils savent ce que vaut le père, c’était devenu une référence ». S’il était déjà moins utilisé sur le territoire national, Urbaniste continuait en effet à s’exporter et à faire connaître la race à l’internationale.

LD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *