Surveiller la pluie et maintenir les leviers agronomiques !

Semis de colza / La sécheresse de ce mois d’août 2020 complique les semis de colzas, dont la réussite d’implantation nécessite des précipitations… Terres Inovia maintient ses préconisations.

Les sols secs, les températures très chaudes annoncées et l’absence de pluie significative pour les huit prochains jours posent beaucoup de questions quant au semis des parcelles de colza. Cette année encore, le contexte de sol sec nous oblige à nous adapter, mais cela ne remet pas en cause les recommandations de Terres Inovia faites les années précédentes. Des précipitations sont annoncées pour le milieu de la semaine prochaine. Si ces prévisions se confirment, il y a une opportunité à saisir ! Avec le temps sec qui va perdurer au moins jusqu’au milieu de la semaine prochaine, les semis précoces seront impossibles à réaliser. Est-ce impactant ? L’objectif en année « normale » est d’être prêt à semer début août pour profiter des précipitations et ainsi assurer une levée rapide des colzas. Pour avoir un colza robuste, l’objectif est d’avoir une levée au plus tard le 1er septembre et d’atteindre le stade 3-4 feuilles au 20 septembre (stade de fin de sensibilité aux grosses altises adultes).

Vers un semis plus tardif
Cela signifie que plus nous irons vers une date de semis tardive dans le mois d’août, plus il faudra être réactif pour saisir les fenêtres climatiques favorables et actionner les autres leviers. Rappelons-le, une date de semis précoce est un levier parmi d’autres ! Si ce levier ne peut pas être utilisé, il faudra alors être plus vigilant pour mettre en œuvre les autres leviers.
Adapter la conduite pour assurer un colza robuste reste déterminant : le semis avant une pluie est toujours plus pertinent. Eviter un assèchement supplémentaire en travaillant trop les sols. Le semis après la pluie est souvent plus hétérogène, notamment dans les sols argileux. Compte tenu du délai et dans le souci de ne pas assécher le sol, les semis dans les parcelles déjà préparées (ou en semis direct) seront à privilégier. Un roulage après semis pour conserver la fraîcheur est indispensable en sol argileux. En limon battant ou terre crayeuse, il est préférable de semer après la pluie pour éviter une croûte de battance.
Le semis de plantes compagnes est possible jusqu’au 20-25 août. En effet, au-delà, leur développement ne sera pas suffisant pour avoir un effet sur les insectes d’automne et elles seront par ailleurs moins sensibles au gel. Il faudra veiller à assurer l’alimentation de la plante pour avoir une croissance continue sur la phase automnale : apporter de l’azote et du phosphore au semis sous formes organiques ou minérales (respecter la réglementation nitrates en vigueur). Eviter aussi la surdensité, en visant un peuplement maximum de 30-35 pieds levés par m². D’où l’intérêt de privilégier les semis au semoir de précision. Enfin, attendre pour désherber : dans un contexte d’incertitude de pluviométrie, nous conseillons d’attendre en post-levée pour désherber les parcelles.

Semer en septembre ?
Si l’épisode de pluie ne se confirme pas, quel est le risque de semer plus tardivement sur septembre ? Un semis jusqu’à mi-septembre est envisageable mais il sera malgré tout plus risqué en sol superficiel qu’en sol profond. En effet, à cette date, le colza sera moins vigoureux et sera potentiellement plus exposé aux arrivées de grosses altises adultes lorsqu’il sera à un stade jeune (levée – 4F). Dans ce cas, privilégier un semis au monograine qui permet une levée plus rapide, des apports de PRO, une variété vigoureuse et surtout ne pas détruire des repousses de colza à proximité (risque de migration massive de petites altises). n

Terres Inovia
L’équipe de la zone Nord & Est

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.