Les Jeunes Agriculteurs toujours mobilisés

JA70

Congrès des Jeunes Agriculteurs / Le congrès national des Jeunes Agriculteurs s’est terminé à Lourdes le 7 juin. Après trois jours d’échanges, Jérémy Decerle, réélu à la présidence, a clos le congrès en présence du ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Stéphane Travert et de la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert. Il n’a pas manqué d’interpeller le ministre sur de nombreux sujets, dont les distorsions de concurrence et l’avenir de la loi Alimentation.

Au terme de trois jours de Congrès, les Jeunes Agriculteurs, réunis à Lourdes dans les Hautes- Pyrénées, ont choisi de confier de nouveau la présidence de l’organisation à Jérémy Decerle. Samuel Vandaele est lui aussi reconduit dans ses fonctions de secrétaire général. La présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, invitée à ouvrir le bal des discours de clôture, a félicité « le binôme solide, travailleur intransigeant, toujours à l’écoute de ses collègues ». « C’est ici, chez les Jeunes Agriculteurs que l’agriculture de demain se prépare. Vous êtes les dépositaires de cet avenir », a-t-elle poursuivi. Après avoir remercié les anciens membres du conseil d’administration, et souhaité la bienvenue aux nouveaux arrivants, Jérémy Decerle est rapidement revenu au sujet du travail que les Jeunes Agriculteurs doivent accomplir. « C’est en portant, avec Samuel, un regard sur les chantiers majeurs qui ont occupé le mandat qui s’achève, que nous avons décidé de proposer de repartir pour un tour, car ces chantiers ne sont pas achevés et ils vont mobiliser notre nouveau conseil d’administration », a-t-il rappelé. L’actualité agricole n’a en effet pas manqué ces dernières semaines. Après avoir été votée par l’Assemblée nationale, la loi issue des Etats Généraux de l’Alimentation devrait désormais être examinée par les sénateurs. Si les Jeunes Agriculteurs tirent un « bilan positif » du passage l’Assemblée, notamment sur son titre 1, ils restent attentifs à la suite du texte et sa traduction en ordonnances. « Les étapes suivantes, à savoir l’examen au Sénat mais aussi, nous ne l’oublions certainement pas, la rédaction des ordonnances, doivent préserver l’édifice, dont toutes les composantes sont nécessaires », a déclaré Jérémy Decerle.

Les Jeunes Agriculteurs préparent la mobilisation du 10 juin
Le président, fraichement réélu des Jeunes Agriculteurs, a aussi mis l’accent sur le sujet des distorsions de concurrence et des accords internationaux. L’organisation, avec la FNSEA, appellait en effet à des actions à partir du 10 juin. Ils ont bloqué des raffineries, partout sur le territoire, pour protester contre toutes les distorsions de concurrence, dont les importations d’huile de palme, au détriment de l’utilisation du colza français, notamment celles prévues pour la nouvelle bioraffinerie de La Mède de l’entreprise Total, sont le symbole. « Un marché ouvert, c’est bien quand les règles du jeu, quand les charges, sont les mêmes pour tous les joueurs. Nous ne pourrons nous démarquer sur la qualité de nos produits que si la concurrence sur les conditions de production est équitable et encadrée », a lancé Jérémy Decerle au ministre de l’Agriculture avant de réitérer son appel à la mobilisation. Si le ministre, Stéphane Travert, a assuré comprendre les préoccupations des agriculteurs, il a néanmoins appelé à « l’esprit de responsabilité pour éviter de pénaliser nos concitoyens, mais aussi le monde agricole qui souffre déjà des difficultés actuelles de transport par le rail ». Le ministre s’est, à ce sujet, vu offrir des produits menacés par les accords de libre-échanges, ainsi qu’une peluche d’Orang-Outan, animal martyre de la déforestation massive, notamment causée par la production d’huile de palme. Concernant le renouvellement des générations et de la transmission des exploitations, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a aussi annoncé un assouplissement des règles concernant la Dotation Jeunes Agriculteurs. Les préfets pourront prendre en compte, dans leur décision de déchéance pour dépassement du seuil de trois Smic, « d’éventuelles crises conjoncturelles ou circonstances exceptionnelles ». Le congrès se déroulant dans les Hautes-Pyrénées, la présidente du département organisateur, Pauline Robert, n’a pas manqué d’interpeller le ministre sur la question de l’ours lors de son discours. « En tant que présidente, je dis que nous faisons le choix du pastoralisme pour l’intérêt de tout le territoire et non contre la biodiversité qui est un défi global, complexe », a-t-elle lancé sous les applaudissements des Jeunes Agriculteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *