Impact du Coronavirus pour le secteur agricole en Bourgogne Franche-Comté

Point filière / Nous sommes face à une crise sanitaire sans précédent dont les retentissements économiques, financiers, sociaux, organisationnels, ne sont pas encore connus. Au niveau agricole, les conséquences varient énormément entre les filières, les modes de commercialisation et de consommation des produits.

Nos premières préoccupations et nos objectifs sont de :
• Limiter la crise sanitaire et limiter son impact économique ;
• Éviter toute rupture dans la chaîne de production alimentaire, de l’amont à l’aval dans le respect des règles de sécurité ;
• Soutenir les exploitations agricoles les plus fragiles en particulier les jeunes agriculteurs récemment installés.

La profession agricole (FDSEA, JA CA) a mis en place une organisation de gestion de crise du département à la région jusqu’au niveau national en relation avec les administrations concernées.
Cette organisation collective concertée et coordonnée commence à porter ses fruits, même si encore de nombreux points restent à régler. Il est important de faire un état des lieux filière par filière en identifiant aussi les sujets à régler qui concernent toutes les productions.
Attention dans cette période de crise, il est difficile de diffuser l’information exacte avec des consignes qui sont modifiées toutes les cinq minutes.
Par exemple, les modalités pour le paiement des cotisations sociales ont changé trois ou quatre fois, malgré tout, nous espérons pouvoir vous transmettre la dernière version officielle.
En conséquence, pour toutes mesures renseignez-vous avant, pour vérifier les conditions réellement appliquées au moment où vous en faites la demande.

Points de situation sur les filières
Nous disposons d’analyse fine de la situation, filière par filière. Nous en avons extrait les points majeurs et spécifiques pour faciliter l’analyse et la compréhension de chaque filière.
FILIERE LAITIERE
Lait conventionnel
État des lieux
• Le confinement est source de désorganisation au niveau de la commercialisation (arrêt RHF, restaurants, arrêt des fromages à la coupe)
• Difficulté pour la commercialisation des produits fermiers et en vente directe
• Baisse du prix et de la collecte (allant jusqu’à des arrêts de collecte)
• La priorité de la filière : maintenir la collecte et ne pas jeter de lait
Propositions
• Rester mobiliser pour assurer la continuité de la chaîne de production/
transformation laitière (Profession)
• Encourager les coopérations au sein de la filière (Profession)
• Demande d’intervention pour le stockage privé (Europe, État, Région)
Lait AOP
État des lieux
• Chute des ventes à la coupe (-20 % à -60 %), avec des problèmes de stockage des meules
• Arrêt de la vente de morbier au démarrage de la crise
• Vigilance par rapport à la mise en marché (difficultés de vendre les
fromages plus vieux)
Propositions
• Régulation envisagée de la production de -8 % pendant 3 mois pour le Comté (CIGC), mesure à faire partager à l’ensemble des producteurs avec des systèmes plus économes (Profession)
Mesure opérationnelle obtenue
Accord officieux de la commission européenne pour un fonds de soutien aux éleveurs qui baisseront volontairement leur production de 2 à 5 %. Pour cela, le CNIEL va débloquer une enveloppe de 10 millions d’Euros. Le lait pourrait être indemnisé à 320 € les 1 000 litres.
Grâce à notre mobilisation syndicale le CNIEL qui envisageait d’exclure les
filières AOP du fonds de soutien, a finalement retenu de prendre en compte l’ensemble de la filière laitière.

FILIERE VIANDE OVINE ET CHEVREAUX
État des lieux
• Fêtes de Pâques chrétiennes, juives et musulmanes dans les prochaines
semaines
• Annulation de 80 % des commandes prévues pour ces évènements par les chevillards
• Débouchés complètement engorgés
• Possibilités de stockage réduites (agneaux rapidement trop lourds et trop gras)
• 10 000 agneaux prévus à la vente en Bourgogne sur cette période (15 % du marché annuel, avec les cours habituellement les plus élevés à cette époque) et 3 000 agneaux prévus en Franche-Comté,
Propositions
• Ce plan de communication doit être renforcé par des initiatives régionales (Région)
• Il faut prévoir une congélation et un stockage des agneaux et des chevreaux invendus (Europe, État, Région).
Mesure opérationnelle obtenue
Plan de communication par Interbev : pour faire évoluer l’offre et proposer des unités de besoin qui correspondent à des familles plus petites : tranches de gigot, rôtis,… avec des idées de recettes (Profession)

FILIERE CAPRINE
État des lieux
• Problème : collecte du lait
• Toutes les entreprises demandent aux producteurs de réduire leur production, un gros doute sur le maintien de la collecte pour les prochains jours
Propositions
• Livraisons à domicile de fromages pour certains producteurs fermiers, mais compliquées en raison des règles de confinement (Profession)
• Fabrication de tomes : fromages de report (Profession)
• Congélation ou mise sous-vide de fromages, pas toujours possibles par manque de matériel (Profession)
• Pour les laitiers : consignes passées aux éleveurs de conserver tous les justificatifs de perte de chiffre d’affaires, d’annulation de commandes… Trouver une solution collective pour cette filière (État, Région, Profession)
Mesure opérationnelle obtenue
Dérogation donnée par les préfets pour les marchés de proximité qui respectent les consignes de sécurité. La FNSEA a négocié avec les ministères un guide des bonnes pratiques qui a permis de mettre en place ces dérogations. Cette mesure a permis d’ouvrir de nombreux marchés et maintenir la vente en direct pour de nombreux producteurs.

FILIERE VIANDE BOVINE
État des lieux
• Déséquilibre matière : arrêt des achats de viande de qualité pour des achats rapides essentiellement en steak haché.
• Après une augmentation des abattages liés à une modification de la fréquence et des habitudes de consommation, un certain rééquilibrage est observé actuellement
• Les marchés d’export sont ouverts tant pour le vif que pour la viande et les carcasses. Un seul opérateur en maigre au niveau national (PARMA) a arrêté ces achats
• L’interprofession donne la consigne de rester ferme sur les prix pour éviter une baisse des cours non justifiée
• Inquiétudes des agriculteurs en attente d’un renouvellement de certification (AB, labels)
Propositions
• Arrêt immédiat des importations des pays tiers en faisant jouer la clause de sauvegarde (Europe, État)
• Rester vigilant pour préserver les marchés et les prix (Profession)
• S’adapter rapidement à l’évolution de la demande pour tenir compte des
variations de consommation tout en surveillant l’équilibre carcasse (Profession)
• Communiquer pour valoriser les produits régionaux (Région)

FILIERE HORTICOLE / MARAICHAGE
État des lieux
• La crise intervient à un moment, le printemps, où les entreprises réalisent la majeure partie de leur chiffre d’affaires.
• Secteur déjà mis à mal en 2019, ce sont donc des chefs d’entreprise dont la trésorerie est dans le rouge qui abordent une crise qui pourrait leur faire perdre 70 % du chiffre d’affaires de l’année.
• 155 structures en Bourgogne Franche-Comté en situation de détresse : CA 62 millions d’euros et plus de 300 emplois (ETP)
Propositions
• Sans une intervention massive et immédiate de la part des Pouvoirs publics, ce sont les producteurs spécialisés dans les plantes à massifs ou les plants potagers qui sont menacés de faillite, avec 80 % du chiffre d’affaires réalisés dans les prochaines semaines.
• Nous demandons la mise en place de dérogations via les préfets ou la rédaction d’un décret régional spécifique (déjà pris dans d’autres départements français)
Mesure obtenue qui reste à compléter
Par la voix d’Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie, a déclaré au Sénat que « la vente de semences et de plants potagers est considérée comme un achat de première nécessité ».
En revanche, les horticulteurs et pépiniéristes ne peuvent ouvrir, car ils ne font pas partie de la liste des commerces autorisés, au contraire des « commerces de détail d’aliments et fournitures pour les animaux de compagnie », c’est-à-dire la plupart des jardineries
Les professionnels indépendants peuvent néanmoins mettre en place un « dispositif de type drive, vente à emporter ou livraison à domicile »

GRANDES CULTURES
État des lieux
• Approvisionnement variable en intrants suivants les opérateurs : quelques difficultés d’approvisionnement essentiellement en engrais et en soja dans certaines entreprises (ports du Rhin)
Propositions
• Pannes compliquées à réparer faute de pièces détachées.
Anticiper ce risque en proposant des solutions alternatives (Profession)
• Chaîne logistique : à maintenir absolument faire prendre conscience de l’importance de la logistique camion et fret pour toutes les filières agricoles et agroalimentaires (État)

FILIERE AVICOLE ET AQUACOLE
Volaille de Bresse filière avicole et autres
État des lieux
• Principaux débouchés : grands restaurants, marchés et épiceries fines.
• Incapacité de la filière à commercialiser ses produits pour cause de fermeture des principaux débouchés
Propositions
• Livraisons abattre les volailles et les congeler
• La filière demande une prise en charge par l’État de la perte de 50 % du chiffre d’affaires supportée par les éleveurs suite à la décision des abatteurs (État).
• Quelles solutions pour compenser l’allongement des vides sanitaires

FILIERE EQUINE, CENTRES EQUESTRES
État des lieux
• Fermeture des structures au public. Les plus touchés seront certainement les centres équestres, qui continuent d’entretenir un cheptel, sans aucune rentrée d’argent.
• Les centres équestres redoutent la demande de remboursement en masse pour les forfaits payés avant le confinement.
• Inquiétude de voir les vacances scolaires raccourcies (plus de saison d’été complète)
Propositions
• Les centres équestres pourront bénéficier du chômage partiel et de l’aide forfaitaire (État)

FILIERE VITICOLE
État des lieux
• Vin, les annulations des salons pèsent sur les trésoreries. Les ventes en France chutent déjà : la pandémie du coronavirus, avec ses restaurants fermés et ses consommateurs confinés, accentue la crise du monde viticole, tandis que se profile un manque de main-d’œuvre pour les travaux de printemps
Propositions
• Des actions de communication seront nécessaires pour faire la promotion de vins de Bourgogne Franche-Comté (Région).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.