Lait sans aliment OGM : quels moyens, quelles conséquences ?

aliment

OP Milleret / L’Assemblée Générale de l’OP Milleret se tiendra le
22 mars à Velesmes. Le thème choisi : « Comment produire du lait sans aliment OGM ? » Un thème dans l’air du temps, de nombreuses laiteries anticipant la demande des consommateurs dans ce sens. A l’AG de l’OP, les responsables « nutrition » d’Interval apporteront leur éclairage sur le sujet. Quelques questions à Xavier Jarrot, président de l’OP.

L’AG annuelle pour les adhérents de l’OP Milleret se tiendra le 22 mars à 9h45 à la salle de Velesmes.
HSA : La segmentation des marchés est à la mode. On voit apparaître des mentions « sans OGM » sur les produits laitiers. Est-ce une évolution souhaitable pour les éleveurs ?
Xavier Jarrot : Souhaitable ou pas, l’essentiel est que la valeur ajoutée de l’acte de production soit redistribuée. Ce qui est sûr, c’est que les consommateurs sont demandeurs, même s’ils ne savent pas vraiment ce qu’est un aliment OGM, et même s’ils ont une idée assez imprécise des enjeux environnementaux et sanitaires qui y sont liés. Ceci dit, en Allemagne le phénomène est très marqué, et il est clair que les clients
allemands des fabricants français ont déjà sollicité leurs fournisseurs.

HSA : N’est-ce pas encore un risque pour le producteur de voir augmenter la norme du lait dit « standard » ?
Xavier Jarrot : Oui, c’est un risque, mais ce qui nous importe c’est surtout d’évaluer dans la filière les moyens de parvenir à nourrir nos vaches, à un coup raisonnable. Si le « sans aliment OGM » devient la norme, le marché pourrait être déstabilisé, comme on le voit déjà avec le prix des tourteaux de colza. Quoi qu’il en soit, si la mise en œuvre d’un système demande plus d’efforts à la filière (achats d’aliment du bétail, traçabilité, etc.), le coût de production augmente forcément. Le prix doit suivre.

HSA : Les fabricants d’aliment sont-ils prêts à répondre à la demande ?
Xavier Jarrot : Là est la question. Nous avons demandé à Emmanuel Glomeau, responsable nutrition animale chez Interval, d’aborder ce problème à notre AG sous l’angle de la ressource : Quel bilan pour la filière protéine dans le monde, en Europe, en France, et en région ? Il viendra avec un spécialiste des marchés matières premières qui abordera aussi les enjeux géopolitiques et stratégiques de la question. Philippe Guichard, directeur d’Interval, abordera l’aspect « ressource locale et régionale » avec la filière soja régionale et son potentiel de développement.

HSA : Est-ce un sujet prioritaire pour l’OP ?
Xavier Jarrot : Tout ce qui touche au prix du lait, au revenu des éleveurs et dans une moindre mesure à la politique d’approvisionnement de la fromagerie Milleret intéresse l’OP. Depuis la signature du contrat en 2017, nous suivons ainsi l’évolution de la réglementation et essayons de l’appliquer au mieux à notre cas particulier, celui d’une PME et de ses fournisseurs, interdépendants, partageant atouts et vulnérabilités. J’invite en tout cas tous les adhérents à venir à l’AG, et s’ils ont des questions à les poser lors de l’AG, ou en avance par téléphone à l’animateur ou à l’un des membres du Conseil d’Administration.

Propos recueillis par LD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *