Des plaquettes sous les vaches laitières

Technique / Le GIEE prairies DOR a organisé le 26 novembre à Noroy le Bourg sa journée de partage autour de l’utilisation en élevage des copeaux et plaquettes forestières. Les éleveurs ont pu échanger sur leur retour d’expérience et partager celles de leurs collègues bourguignons, qui expérimentent déjà la substitution de paille par la plaquette depuis plusieurs années.

Le travail du GIEE Prairies DOR sur la gestion des haies vient à point nommé en cette période de manque de fourrage. En amont, les agriculteurs de ce groupe ont beaucoup travaillé sur deux aspects : la législation (qui peut faire quoi en matière d’entretien des haies) et le chantier collectif (ou comment ne pas perdre d’argent en entretenant ses haies, voire en gagner). Maintenant, c’est vers l’utilisation en élevage des sous-produits de la haie que se développe la réflexion.

Broyer juste après la coupe
Le principal sous-produit de la haie (ou le plus facile à gérer en termes de
manutention), c’est la plaquette forestière. Qu’elle soit issue du broyage de haies basses, hautes, ou de ripisylve (les arbres en bordure de cours d’eau), la plaquette forestière est classiquement utilisée en combustible pour les chaudières bois. Mais correctement calibrée, elle est aussi un excellent produit de substitution pour la litière des animaux. Techniquement, le chantier d’exploitation des haies est à la portée de tous. « C’est un travail dont on n’a pas forcément l’habitude, mais on a tout le matériel à notre disposition explique Gaëlle Massé, qui coordonne de tels chantiers en Puisaye. Une benne à ensilage, une fourche, et une bonne tronçonneuse. » Une fois coupé, il est recommandé de faire venir le broyeur assez rapidement, pour travailler du bois vert. C’est un peu contre intuitif, puisque l’objectif est d’obtenir une plaquette sèche (<25 % d’humidité pour obtenir un fort pouvoir absorbant). Mais en fait c’est le plus efficace : on économise du travail au broyage, on fait moins de poussière, on récupère le « gros bois » et le bout des rémanents, et le séchage se fera de toute façon en tas. Une fois stocké, le tas se met en effet à fermenter (jusqu’à 75°C à cœur), une cheminée se forme (appel d’air dans le tas) avec une croûte en surface ; en quelques mois les plaquettes sont refroidies, et sèches.

Du temps de raclage gagné
Les premiers essais en exploitation laitière (dès les années 2000 dans la Nièvre) se sont faits progressivement. « En 2017, j’ai broyé un peu de bois, témoigne un éleveur laitier présent à Noroy ce vendredi. J’ai mis des plaquettes d’abord en ajout sur litière paille, puis devant les abreuvoirs, puis sur l’aire d’attente de la salle de traite… Je me suis aperçu que je gagnais environ 20 minutes par jour de raclage des couloirs de desserte : du temps bien utile en été en période de bourre ! »
L’année suivante, avec des rebuts de taille amenés (gratuitement) par des paysagistes, l’éleveur a broyé 600 m³ de bois, pour un coût estimé à moins de 6€/m³. « Chaque m³ de plaquettes peut absorber environ 350 l d’eau », estime Damien Jolissaint, chargé des forêts pour la chambre d’agriculture de Haute-Saône. Et une tonne de paille est substituable par 3 ou 4 m³ de copeaux. La litière ne coule pas, mais reste longtemps drainante ce qui permet de gérer différemment le curage. Plusieurs techniques existent. Généralement, on commence par épandre une couche généreuse (15 cm) de copeaux, puis comme pour la paille, on en rajoute de temps en temps, au godet ou à la pailleuse. La « méthode hollandaise » consiste à retravailler la surface de la litière périodiquement à l’aide d’un outil rotatif type rotavator. Pour le reste, chacun développe ses techniques propres à son organisation, l’essentiel étant que la faisabilité et la rentabilité de la technique est désormais établie.
La haie, dont notre département est encore relativement riche, y retrouve ses lettres de noblesse, et peut apparaître comme une ressource non seulement écologique, mais technique et économique pour les élevages.

LD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *