Dernière visite sur le thème de l’avenir

UNE

François Hollande au Salon de l’agriculture / Dans une ambiance calme et un contexte morose, François Hollande a répété, lors de sa dernière visite du Salon de l’agriculture, sa confiance et son soutien à un secteur en crise. Il a notamment annoncé la prolongation du volet bancaire du plan de refinancement aux exploitations agricoles.

“Ce salon est partagé entre tristesse, avec le décès de Xavier Beulin, les différentes crises, mais il reste aussi le salon de l’excellence, de la qualité, du succès et de la reconnaissance populaire”, a commenté le président de la République lors du Salon international de l’agriculture, qu’il inaugurait pour la dernière fois de son mandat le 25 février. C’est cet état d’esprit qui a en effet animé tout son parcours, commencé vers 7h avec le dévoilement d’une plaque en hommage au président de la FNSEA, Xavier Beulin, décédé six jours plus tôt, puis ponctué de messages de soutien mais aussi d’espoir. Le président, qui n’est pas candidat à sa réélection en mai prochain, a été peu interpellé par les agriculteurs et les visiteurs et a circulé dans une ambiance calme, entre le hall des éleveurs, le hall institutionnel et celui du végétal, en passant par l’inauguration d’un colloque sur l’enseignement agricole, symbole du message qu’il a voulu porter envers la jeunesse et l’avenir du secteur. Un avenir qui nécessite selon lui le maintien de la PAC : « il y a une politique agricole commune qu’il va falloir repenser mais surtout préserver. Ceux qui disent qu’il faut sortir de l’Europe, en définitive, veulent sortir l’agriculture de tout ce qui permet aux productions d’être rémunérées », a-t-il affirmé avec différentes formules.

Considération et perspectives
« Je veux saluer le travail des agriculteurs français qui nourrissent la planète, donnent à notre pays son image d’excellence, et participent à l’aménagement du territoire » : ce message de considération, François Hollande l’a rappelé de plus en plus fortement au cours de sa visite, après différentes discussions avec les représentants du monde agricole. Il lui était en effet difficile de venir avec des annonces, alors que sa fin de mandat est proche. Néanmoins, François Hollande a prolongé de trois mois le volet bancaire du Pacte de consolidation et de refinancement des exploitations agricoles, mis en place en octobre, et qui devait prendre fin en mars. Peu de dossiers ont en effet été financés jusqu’à présent, peut-être parce que l’arrivée de trésorerie avec les derniers ATR a dissuadé les agriculteurs d’y avoir recours tout de suite, mais les demandes pourraient affluer au printemps. La prise en charge du coût de la garantie des prêts par l’Etat, pour favoriser l’accès des agriculteurs en difficulté à de faibles taux d’emprunt, est ainsi prolongée jusqu’au 30 juin, tout comme la possibilité d’avoir recours à une année blanche bancaire. La profession a également demandé que l’argent qui ne serait pas dépensé puisse aller « à l’accompagnement des agriculteurs qui souhaitent faire des audits, avec des FAC (ndlr : fonds d’allégement des charges) », a rappelé Christiane Lambert, présidente de la FNSEA par intérim. Sur le stand de Jeunes Agriculteurs, François Hollande a par ailleurs évoqué le registre des actifs agricoles, que la profession souhaite voir mis en place rapidement. « Le décret est prêt, il va être transmis à la CNIL (ndlr : Commission nationale de l’informatique et des libertés) » pour avis, avant d’être publié, a précisé Stéphane Le Foll. Le ministre a profité de la venue du président de la République pour mettre en valeur la bioéconomie, sur laquelle une stratégie nationale est engagée.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *