La fine fleur des laitières

Finesse

Concours bovins / Près de 200 femelles laitières, principalement montbéliardes, mais aussi holsteins, brunes et vosgiennes, concourraient le 9 avril dernier au parc des expositions de Vesoul. Une belle démonstration de l’excellence des éleveurs du département, qui s’est conclue par une finale nocturne.

Bonne ambiance, convivialité, mais aussi professionnalisme et sérieux régnaient sur le ring du parc des expositions de Vesoul, où se tenaient le 9 avril dernier les concours départementaux des races laitières montbéliarde, holstein, brune et vosgienne. Après une journée consacrée au classement des nombreuses sections et sous-sections, la finale du concours des jeunes présentateurs a ouvert le bal de la « nocturne », soirée des différents championnats, très suivie par un public de passionnés. « Sa vache lui obéit au doigt et à l’œil ! » s’est enthousiasmée Victoire, qui jugeait ce challenge, en désignant le vainqueur, Antoine Debot, qui conduisait une vache prim’holstein.

Meilleures mamelles et grandes championnes
En brune, le juge Jean-Baptiste Decheppe n’a pas manqué de signaler que se tenaient simultanément à Mende le congrès mondial et le concours européen de la race, preuve du dynamisme et de l’excellence des éleveurs français, avant d’accorder le doublé de championne et meilleure mamelle du concours à Ecrevisse (Traction), une vache emmenée par le Gaec La Comtoise. « C’est une vache qui a une grande facilité de déplacement et beaucoup de finesse dans ses membres. »
En vosgienne, le titre de championne revient à Hirondelle (Simba sur Nestor), appartenant au Gaec St Ajol. « Une vache ultra-complète, qui réunit toutes les qualités qu’on attend dans la race… beaucoup de solidité, de la rusticité. » a résumé le juge Florent Campello, qui a profité de l’occasion, en tant que président de l’OS Vosgienne, pour vanter les qualités du fromage « cœur de massif », créé récemment pour valoriser le lait de cette laitière de montagne. La meilleure mamelle revient a une autre fille du taureau Simba, Ilda, propriété de Miguel Masson « pour sa très bonne attache avant ».
Du côté de la race prim’holstein, la star du jour est incontestablement Ex Elegenc (Sanchez sur Mr Sam), du Gaec Adam, qui s’arroge les prix de meilleure mamelle adulte, championne adulte et grande championne ! « Elle sort du lot, avec une mamelle très bien équilibrée, un ligament puissant, un trayon très bien placé… » a récapitulé Jean-Baptiste Decheppe. Cette vache est issue d’une lignée femelle de vaches à concours, comme l’explique Etienne Adam. « Nous avons acquis sa grand-mère collectivement, à 8 éleveurs, et c’était une excellente donneuse d’embryons, ce qui nous a permis de démultiplier largement la souche, et de rentabiliser cet investissement. »

Gapstar et Finesse VR sur le podium
Jean-Marie Sornay, qui officiait comme juge de la montbéliarde, n’a pas manqué de se faire écho de la crise qui secoue le monde de l’élevage. « Ce n’est pas le moment de faire de la politique, mais on nous prend pour des cons, et tout ce qu’on nous propose pour faire remonter les prix, c’est qu’une partie d’entre nous arrête le métier… », a-t-il déploré, avant de souligner l’enthousiasme et la passion des éleveurs, et en particulier des plus jeunes, qui trouve son illustration et sa reconnaissance dans les concours. Gapstar (Urbaniste sur Micmac) du Gaec Gutknecht, se voit récompensée des titres de meilleure mamelle jeune, championne mamelle et réserve de championnat jeune. « C’est incroyable d’avoir réussi à garder cette mamelle au top toute la journée ! », s’exclame le juge en félicitant les éleveurs pour leur savoir-faire. Les titres de championne adulte et de grande championne reviennent à Finesse VR (Micmac sur Lecuyer) du Gaec Vivieroche. « Beaucoup de puissance dans cet animal, avec de la largeur et de la profondeur de poitrine, ainsi qu’une excellente ligne de dos. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *