William Chopard remporte le titre !

podium

Trophée du meilleur pointeur de la race montbéliarde / 35 jeunes gens concourraient cette année pour le trophée du meilleur pointeur de la race montbéliarde, le 28 février dernier à Paris. William Chopard, jeune éleveur haut-saônois passionné, se hisse sur la première marche du podium, entouré de Julien Martin et Maude Louvrier, venus du Doubs.

Certains pour la première fois, d’autres avec déjà l’expérience d’une participation au TMPR (trophée de meilleur pointeur de race)… mais tous montrant la même concentration, dès 9h sur le ring, ce sont 35 candidats venus des quatre coins du pays qui étaient réunis cette année. Antoine Rimbaud, de l’OS montbéliarde alternait les rôles de surveillant de l’épreuve initiale « attention, il est interdit de toucher les animaux ! » et celui du professeur, délivrant des explications au public au sujet de l’évaluation de la morphologie des montbéliardes. Premier challenge pour les candidats, se classer parmi les cinq premiers lors de l’épreuve de pointage. Il s’agissait donc d’évaluer les mensurations sur une trentaine de postes morphologiques – mamelle, hauteur aux trocanters, profondeur de poitrine, inclinaison de bassin, angle du pâturon… – pointage qui serait ensuite comparé avec celui réalisé en parallèle par deux techniciens de l’OS Montbéliarde. Les cinq meilleurs sont revenus à l’issue du concours de la race pour délivrer leur classement assorti d’un commentaire. Chacun a ensuite été interrogé sur ses connaissances : quel est le nombre de taureaux dont l’ISU est supérieur à 160 points ? Quel est le poids de la morphologie dans l’ISU ? Quel est le pourcentage de semence sexée utilisée ?

Choix multiples
Outre ces questions à choix multiples « dont toutes les réponses sont dans “Planète montbéliarde » », les finalistes ont eu aussi à développer des notions plus complexes, telles que la différence entre l’index de facilité de vélage et celui de facilité de naissance… Et c’est déjà l’heure du verdict, chaque candidat récompensé, au pied du podium, un jeune très prometteur, Jérémy Soulier, 16 ans, venu de Haute-Loire « je pense qu’on le reverra… » assure Antoine Rimbaud. Sur le podium, la troisième place revient à Maude Louvrier, jeune agricultrice du Doubs. Second, Julien Martin, également présenté par les JA du Doubs. Premier, William Chopard, éleveur à Marast en Haute-Saône, participait pour la troisième fois au TMPR. « Il y a deux ans, j’avais terminé 3ème, puis quatrième l’an dernier. Je ne me suis pas particulièrement entraîné pour cette fois, mais c’est l’expérience qui a joué. Je suis très heureux et j’ai une pensée pour mon grand-père, qui m’a transmis sa passion pour l’élevage et le métier d’éleveur : mon frère est également passionné, il s’était sélectionné lui aussi, mais a laissé sa place pour aller au TMPR du cheval comtois…»

Alexandre Coronel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *