Qui ne joue pas local ?

L'accés à l'Aldi de Saint-Loup-sur-Semouse bloqué.

Manifestation / Les actions syndicales se sont poursuivies la semaine dernière. Après le blocage de la 4 voies, les manifestants ont décidé de frapper symboliquement le maillon « distribution » de la chaîne alimentaire, en particulier ceux qui localement refusent de jouer le jeu de l’économie locale.

Après les nombreuses mobilisations de la semaine passée, les agriculteurs de Haute-Saône ont lancé une nouvelle action vendredi 5 février sur tout le département. Dans leur colimateur : les entreprises de grande distribution qui « ne jouent pas le jeu de l’économie locale » et s’obstinent à alimenter la guerre des prix qui comme chacun sait ne fait plus que des victimes.

Colruyt, Lidl, Aldi
Et cette fois-ci les victimes se trouvent aussi du côté des consommateurs. De plus en plus, et surtout depuis que l’inflation est proche de zéro, le pouvoir d’achat n’est plus vraiment un problème. Avec moins de 13 % de ses dépenses dans l’alimentaire, le consommateur déclare rechercher du sens dans son alimentation. C’est à dire de la traçabilité, du goût et du terroir. Or c’est une démarche contraire que font certains enseignes de la grande distribution. Dans le département, les agriculteurs ont notamment relevé les faits suivants :
• La chaîne Colruyt distribue sous sa marque Everyday du lait allemand, à 74 ct/L de lait entier, alors que les producteurs de lait français ont subi une baisse de plus de 8 % sur un an. De plus, Colruyt « vient de rompre son approvisionnement de porc comtois provenant de la coopérative Franche-Comté Elevage » dénoncent les producteurs.
• Lidl distribue également des produits laitiers allemands. Et localement, cette chaîne a décidé de rompre son approvisionnement en provenance de l’entreprise Milleret, qui dans le département est l’une des deux entreprises qui rémunèrent le mieux les producteurs de lait.
• Aldi était visé également pour son large approvisionnement en produits allemands.
• Les enseignes Viande Est à Gray et Côté Viande à Pusey enfin ont été concernées : Des relevés en rayon ont permis de voir qu’elle s’approvisionnent de manière conséquente en viande étrangère notamment irlandaise.
« La pression sur les prix, le déréférencement d’entreprises régionales comme Milleret ou Franche-Comté Elevage, l’approvisionnement en produits étrangers au cœur d’un département d’élevage comme la Haute-Saône, les éleveurs ne l’acceptent pas et ne l’accepteront plus ! » dénonçait la FDSEA dans un communiqué vendredi 5 février.

600 agriculteurs mobilisés
Les points de rencontre ont été multiples. Fougerolles (Colruyt), Saint Loup sur Semouse (Lidl, Aldi), Saint Sauveur (Lidl, Aldi), Jussey (Lidl, Aldi), Gray (Lidl, Aldi, Viande Est), Vesoul (Côté Viande, Aldi, Lidl ), Rioz (Colruyt), Villersexel (Aldi), Lure (Lidl, Aldi), Port-sur-Saône (Colruyt), Melisey (Colruyt) : autant de points de rencontre des manifestants à la nuit tombée. Les tracteurs (150 environ avec bennes) ont été nombreux à Gray (45 envion, 200 personnes) et Vesoul (35 tracteurs). Au total, 600 agriculteurs se sont mobilisés, dont beaucoup de jeunes, comme nous le faisions déjà remarquer dans notre numéro précédent. Bien entendu, les réactions des clients ont été partagées entre une réprobation du désordre causé, et une grande compréhension du mouvement dans son ensemble. Du côté des distributeurs, on relève dans la presse le lendemain des réactions d’incompréhension, comme ce responsable de Côté Viande qui s’étonne : « Seul le bœuf et l’agneau sont irlandais » ! Parce que c’est sûr, du bœuf et de l’agneau, on n’en trouve pas en Haute-Saône…

LD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *