Les risques de dégâts restent limités

IMG_9015

Céréales à paille / La chute des températures annoncée peut-elle engendrer des dégâts sur les céréales à paille d’hiver ? L’état d’avancement extrême de ces cultures le fait craindre à de nombreux producteurs, mais la durée et l’amplitude de l’épisode ne sont pas de nature à provoquer des dégâts à grande échelle.

Le cumul de températures observé depuis le semis jusqu’à aujourd’hui atteint ou dépasse nettement les références 2007 et 2012. Partout en France, les céréales d’hiver ont connu des températures supérieures à la moyenne (notamment en décembre), ce qui conduit à des états de croissance et de développement importants et nettement supérieurs aux normales. L’anomalie de température est la plus forte à l’ouest d’une ligne Toulouse- Verdun, où l’on cumule environ 200°Cj de plus qu’une année médiane (voir carte ). En parallèle, les cumuls de pluie (période 01/10/2015 – 04/01/2016) sont partout inférieurs à la normale : 50 % des postes météo étudiées (270 au total) voient leur déficit de précipitation supérieur à 85 mm. Seule la zone Nord-Pas-de- Calais / Picardie / Ile-de-France a un déficit de pluies inférieur à 50 mm.

Blocage anticyclonique
La douceur observée depuis fin octobre est due à la présence persistante d’un anticyclone sur le sud de l’Europe qui bloque les dépressions et favorise des remontées d’air chaud en provenance du Maghreb. Cette situation dite « de blocage » n’est pas exceptionnelle. L’épisode El Nino en cours est peut-être pour partie responsable de la douceur généralisée en Europe mais pour l’instant aucune étude n’a jamais pu le mettre en évidence.

Moins développées que fin janvier 2012
Il est difficile de juger de l’avancement d’une culture de céréales à paille au beau milieu du tallage, alors qu’aucun indicateur extérieur ne permet de renseigner de manière fiable sur l’état de développement de la plante. Nous allons donc nous appuyer sur un indicateur simple : le cumul de températures depuis le semis. À noter toutefois qu’une partie importante du panel variétal français est par ailleurs photosensible, ce que l’indicateur « somme de température » ne prend pas en compte. Pour la station météorologique de Boigneville (91), à date calendaire égale (le 6 janvier, date d’arrêt de nos données pour 2016), en prenant en compte les écarts de date de semis médianes observées (avance de 5 jours en 2011-2012, retard de quatre jours en 2014-2015), l’année en cours dépasse nettement les « références » précédentes : 2006-2007, 2011-2012 et 2014-2015. L’écart à la médiane pluriannuelle (20 ans) est de 240°Cj ! Plus intéressant, en 2011-2012, le cumul des températures entre le semis et l’arrivée du froid (fin janvier) était de 850°Cj comparé aux 760°Cj cumulés au 6 janvier 2016 et aux 800°Cj estimés pour le 13 janvier 2016 (figure 1). Il faudrait également prendre en compte la photopériode actuelle, qui a un effet de frein sur les cultures ; mais on peut considérer que les cultures sont actuellement moins avancées que lors de l’épisode de gel 2011-2012.

Coup de froid en semaine 2, puis redoux ?
Le coup de froid annoncé pour la fin de la semaine prochaine ne semblerait pas être durable. Les prévisions annoncent l’arrivée d’un flux continental qui s’accompagnera de températures plus fraîches, avec des gelées matinales mais rien de brutal. Le risque de neige en plaine n’est pas exclu. Ce refroidissement devrait perdurer quelques jours avant que les températures ne commencent à remonter.
A plus long terme, les prévisions saisonnières des modèles de l’ensemble Eurosip pour les mois de janvier à mars n’annoncent pas de vague de froid mais une tendance douce qui devrait se maintenir, et des précipitations plus importantes que la normale, avec une prédominance des vents d’ouest. Attention toutefois à la fiabilité de ces prévisions qui est très variable à nos latitudes. Certaines simulations laissent entrevoir en fin d’hiver (fin février – début mars), une ambiance un peu plus froide avec de la neige possible, mais rien d’exceptionnel.

Dégâts possibles dans les situations à risque
Sur la base de ces prévisions, il n’y a vraisemblablement pas lieu de craindre des dégâts à grande échelle, d’autant plus que le froid devrait essentiellement toucher le nord-est de la France, où l’anomalie de température est moindre. Néanmoins, il n’est pas exclu que certaines situations (exposition) ou combinaisons techniques (variété x date de semis) ne souffrent pas de cet épisode de froid. On nous a déjà signalé le redressement d’un Galibier semé le 20/10 près d’Etampes….
Un retour du froid ultérieurement serait bien plus à craindre, car il interviendrait sur des cultures plus avancées, et éventuellement fragilisées par la première vague de gelées.

Jean-Charles Deswarte, Olivier Deudon (Arvalis – Institut du végétal)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *