De spectaculaires cocons !

Chenilles

Zoom sur… / Des arbustes qu’on croirait emballés de plastique sont visibles de loin en loin… Il s’agit en fait des soies tissées collectivement par les chenilles d’un lépidoptère du genre Yponomeuta.

En cette fin du mois de mai, on peut observer de nombreuses colonies de chenilles du papillon hyponomeute (Yoponomeuta sp.) dont la particularité est de tisser de gigantesques  » toiles de soie » de couleur blanche et de mettre à nu certains arbres. Outre le saule, les chenilles de ce genre colonisent principalement et spécifiquement d’autres arbustes et arbres fruitiers (aubépine, merisier, sorbier des oiseleurs…) Parfois les attaques sont tellement spectaculaires qu’elles peuvent entraîner la défoliation complète de certains arbustes, comme c’est le cas du fusain d’Europe. La biologie de toutes les espèces d’hyponomeutes est très similaire. On observe une génération annuelle. L’adulte vole en juillet août. Les œufs sont déposés en tas de 80 à 100 sous un bouclier d’où émergent des jeunes chenilles qui restent protégées jusqu’au printemps. Elles le quittent entre mars et mai et pénètrent dans un bourgeon ou une jeune feuille qu’elles vont miner. Puis, elles attaquent des feuilles plus grandes qu’elles englobent dans un tissage avant de les consommer. Plus tard, elles se regroupent par plusieurs centaines sur des rameaux où elles constituent le premier gros nid, qu’elles vont agrandir progressivement en dépouillant totalement les rameaux. Durant toute cette période, les chenilles tissent de gigantesques toiles collectives qui finissent par recouvrir la majeure partie des rameaux. La confection de ces toiles qui sont d’une extrême solidité présente de nombreux avantages : la protection de la colonie vis-à-vis des prédateurs et le gîte idéal en cas d’intempéries. Elles peuvent prendre des proportions spectaculaires faisant penser qu’on a emballé de film plastique l’arbre (ou arbuste) colonisé. Après sept semaines d’alimentation, les chenilles s’empupent fin juin dans des cocons blancs qui pendent côte à côte dans les toiles de soie.

Ni urticante, ni dangereuse
Les chenilles sont jaunes à gris avec des points noirs et une tête noire, groupées dans de grosses toiles blanchâtres durant le printemps. L’adulte est un papillon blanc nocturne avec des points noirs sur les ailes antérieures (envergure de 20 mm). Malgré les nombreux et importants ravages qu’elle occasionne, la chenille hyponomeute (Yoponomeuta sp.) n’est pas urticante et totalement inoffensive pour l’homme. A noter que même si les dégâts sont souvent très impressionnants avec une quasi disparition du feuillage à 80%, l’arbre ne subit en général qu’une inhibition momentanée de croissance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *