Les analyses de lait à l’heure du covid-19

PRODUCTION LAITIÈRE / Les contraintes sanitaires imposées par le gouvernement pour tenter d’endiguer la propagation du coronavirus obligent les laboratoires d’analyses laitiŹres ą réduire la voile. Le point au Lial de Rioz, qui s’apprźte sous l’égide du Cniel ą passer en « service dégradé ».

«Les analyses de routine pour le paiement du lait à la qualité seront toujours effectuées, rassure d’emblée Jean-Paul Cussac, directeur du Lial de Rioz. Suite aux mesures préventives annoncées par le gouvernement quant à l’épidémie de COVID-19, le laboratoire interprofessionnel a mis en place toutes les précautions nécessaires pour préserver la santé de ses collaborateurs et assurer une continuité de service afin de répondre aux exigences réglementaires en concertation avec les organismes concernés. » Les mesures préventives ont en effet un impact direct sur les capacités d’analyse du laboratoire : « la garde des enfants à domicile, le retrait des personnes ‘’à risque’’ nous mettent dans une situation de sous-effectif, ce à quoi il faut ajouter les mesures de distances entre les personnes à l’intérieur des pièces du laboratoire où nous réalisons les différentes opérations… Nous ne pouvons pas maintenir la cadence des analyses à son rythme de croisière », poursuit le directeur. « Par mesure de sécurité et de prévention, nous avons aussi restreint les échanges physiques. C’est la raison pour laquelle, afin de pouvoir continuer à servir ses clients en toute sécurité, le laboratoire a été fermé aux personnes extérieures (hors livraison) depuis le mardi 17 mars 2020, à midi. »

Les analyses réglementaires en priorité
Au niveau national, la concertation a été de mise pour que tous les laboratoires interprofessionnels puissent pendant cette période de crise continuer à proposer des analyses en parfaite cohérence et adéquation avec les règles sanitaires européennes et françaises. Le bureau du conseil d’administration du Cniel s’est réuni à cet effet mardi 17 mars. Chaque laboratoire a défini son propre plan de continuité d’activité, de manière à pouvoir assurer ses missions prioritaires, à savoir le paiement du lait en fonction de sa composition hygiénique et sanitaire, le contrôle sanitaire du lait et des produits laitiers, le contrôle sanitaire d’autres produits agro-alimentaires (eaux, produits carnés, etc.), et enfin les analyses de santé animale. Un plan de fonctionnement dégradé a été validé, il permet l’abaissement de la fréquence des analyses et la réduction du nombre de critères analysés pour se concentrer sur les paramètres obligatoires (Germes totaux, antibiotiques, MG, MP, Cellules, FPD/cryoscopie ainsi que la recherche de germes de Listeria et de Salmonelles). Il permet aussi de réduire en conséquence la fréquence de collecte des échantillons dans les laiteries et des contrôles externes (contre-prélèvements en ferme, accompagnements de chauffeurs, formations de chauffeurs, contrôles aux quais des usines…).

Pas d’apports directs d’échantillons
Le classement prioritaire de ces activités des laboratoires s’accompagne d’une autorisation de circuler librement pour la collecte des échantillons, de même que de l’autorisation pour leurs fournisseurs de circuler librement, quand la collecte est sous-traitée, ou de transporter les consommables nécessaires aux analyses. Pour maintenir l’activité et la circulation du personnel et des consommables, les laboratoires disposeront d’une lettre de mission ou un document officiel les autorisant à poursuivre leur activité. « Assurer nos missions réglementaires et vous protéger ainsi que nos équipes sont nos priorités. Nous allons organiser l’activité de façon à mobiliser un minimum de personnel pour réaliser en priorité les analyses réglementaires, résume Jean-Michel Cussac. Par conséquent, nous n’acceptons plus les échantillons apportés en direct au laboratoire. »
Les responsables restent à votre disposition, et leurs adresses électroniques ainsi que leurs numéros de téléphone directs sont disponibles à la page « Contact – Vos interlocuteurs » du site internet du Lial (lialrioz.fr). Le standard reste ouvert de 10h à 12h et de 14h à 15h. « En dehors de ces horaires vous pouvez nous contacter par courriel adressé à bureau@lialrioz.fr »

Alexandre Coronel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.